Les risques du changement climatique sur la santé au cœur d’un conclave à Dakar

Des experts venus de 47 pays africains dont le Togo, sont en conclave à Dakar depuis lundi dernier pour prendre des décisions majeures destinées à améliorer la situation sanitaire.

Les défis à relever concernent, principalement, la santé de la femme, l’accès aux médicaments et aux vaccins, la prévention, les soins et le traitement du VIH/SIDA , de l’hépatite Virale, de la tuberculose et du paludisme, la lutte contre le choléra, la lutte contre le choléra, la lutte anti-tabac, les risques environnementaux et du changement climatique sur la santé.

Cette rencontre devrait donc être un moment fort, voire même une opportunité essentielle d’interpeller les décideurs de la santé du continent sur des enjeux majeurs et des changements essentiels qu’il faut apporter à notre système, base de tout développement.
Ce thème devrait être élargi aux préoccupations telles que la lutte contre la malnutrition à elle seule tue plus que le paludisme, le SIDA et la tuberculose réunis.

Selon les chiffres de l’OMS, la région africaine a enregistré 3,1 millions de décès liés aux maladies non-transmissibles, un chiffre en hausse de 29,2% par rapport aux 2,4 millions de décès dus aux maladies non transmissibles, un chiffre en hausse de 29,2% par rapport aux 2,4 millions de décès dus aux maladies non transmissibles 1 notifiés en 2005.

À en croire le communiqué sortie à propos de cette rencontre, il sera question d’identifier les enjeux et défis et proposition des mesures prioritaires que doivent prendre les états membres et les partenaires.

Cette évaluation s’inscrit dans la perspective de la troisième Réunion de haut niveau de l’Assemblée Générale des Nations Unies sur les maladies non-transmissibles, qui se tiendra en septembre prochain.

Selon l’OMS, la rencontre devrait permettre de rappeler que le 31 août est déclarée la Journée Africaine de la Médecine Traditionnelle. Il serait vraiment un gros dommage de ne pas introduire un aspect extrêmement important qui doit faire l’objet numéro un de cette rencontre, à savoir l’introduction judicieuse de la médecine traditionnelle dans nos systèmes de santé.

Hector N

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents