Accueil Actualité Les communautés locales , essentielles pour la sauvegarde des terres arides...

Les communautés locales , essentielles pour la sauvegarde des terres arides d’Afrique

154
0
Vue partielle de l'état du barrage de kporgou.

Près de la moitié de la population africaine pourrait faire face à un avenir en proie à une sécheresse persistante, la  faim et les migrations de masse périlleuses en raison des effets du changement climatique et la dégradation des terres – mais il est encore temps pour éviter une telle catastrophe en restaurant les terres arides du continent, d’après les experts convenus au GLF Afrique: Restaurer les terres arides d’Afrique.

La ministre nigériane de l’Environnement, l’honorable Sharon Ikeazor, la militante de “Fridays for Future” Adenike Oladosu, et le chef ghanéen de Sakoya (district de Mion au Ghana), Sintaro Iddrisu Mahama faisaient partie de plus de 200 conférenciers qui ont lancé un appel à un effort collectif pour restaurer les terres arides du monde, dont près de la moitié sont situées en Afrique, afin de protéger des millions de moyens de subsistance.

Les terres arides sont des paysages qui souffrent d’une forte pénurie d’eau et sont particulièrement vulnérables à la dégradation des terres.

Ils couvrent plus de 40 % de la superficie terrestre de la planète, abritent un tiers de tous les points chauds de la biodiversité et sont concentrés dans les pays en développement. La dégradation des terres dans les zones arides, connue sous le nom de désertification, provoque des sécheresses plus fréquentes, réduisant les rendements des cultures et la productivité du bétail, et menaçant la sécurité hydrique et alimentaire.

Les terres arides d’Afrique, qui abritent 525 millions de personnes qui dépendent principalement de l’agriculture pluviale et de l’élevage pour leur subsistance, sont confrontées à une multitude de défis, notamment le changement climatique et les retombées économiques de la pandémie de COVID-19. Les températures au Sahel augmentent 50 % plus vite que la moyenne mondiale, tandis que les prix des denrées alimentaires ont augmenté de près de 40 % au cours de l’année écoulée.

“Les terres arides d’Afrique sont le grenier pour des centaines de millions de personnes”, a déclaré Ibrahim Thiaw, secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD). “Sans ses terres arides, l’Afrique ne serait pas l’Afrique. L’Afrique est bénie avec ses terres arides.”

“ La bonne nouvelle est que la dégradation des terres arides peut être inversée, recréant des paysages plus résilients et productifs qui vont fixer plus de carbone, en particulier dans le sol, restaurer les services écosystémiques, promouvoir des nouvelles entreprises viables et créer des emplois, tout en réduisant les conflits et les migrations.”

Organisé par le Forum mondial sur les paysages (Global Landscapes Forum), l’événement entièrement numérique du 2 au 3 juin 2021 a réuni des milliers de participants de 186 pays, dont des pasteurs, des scientifiques, des jeunes militants, des praticiens de la restauration et des représentants de haut niveau de différents gouvernements, et ont eu une portée de plus de 22 millions de personnes via les réseaux sociaux. Avec 47 sessions, la publication de 12 livres blancs et le lancement de plusieurs initiatives et publications majeures, la conférence a fourni des informations essentielles sur la restauration des terres arides aux décideurs politiques avant le lancement de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes le 5 juin 2021. La Décennie des Nations Unies accélérera les actions visant à protéger, arrêter et inverser la dégradation des écosystèmes dans le monde, y compris les prairies et les savanes, les forêts,les tourbières, les terres agricoles, les montagnes, les écosystèmes d’eau douce, côtiers et marins et les zones urbaines.

Les principales recommandations des experts de toute l’Afrique comprennent:

Les communautés locales, en tant que gardiens et propriétaires des terres, doivent être partenaires des efforts de restauration. Le rôle des financements et programmes externes est de soutenir les connaissances locales et de fournir un soutien technologique et financier pour transformer les innovations locales en entreprises viables.

La restauration des terres arides pourra transformer les moyens de subsistance quand les terres arides sont intégrées dans les plans économiques et de développement nationaux.

Les communautés locales doivent avoir des options pour leurs moyens de subsistance. Il n’y aura d’incitations à restaurer les terres que si la restauration ouvre des opportunités économiques, en particulier pour les jeunes.

Un financement est nécessaire pour aider les communautés à utiliser les terres de manière durable tout en améliorant leur résilience aux chocs, tels que les sécheresses et autres catastrophes liées au climat.

Les femmes doivent être soutenues à travers la promotion de l’introduction de politiques foncières sensibles au genre et le développement de normes sociales qui peuvent assurer un accès équitable à la terre.

“Nous devons saisir cette opportunité pour atteindre les objectifs du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et observer la base naturelle de la survie des générations futures en termes écologiques, économiques et sociaux”, a déclaré Maria Flachsbarth, Secrétaire d’État parlementaire du ministère fédéral allemand. pour la Coopération et le Développement Economique (BMZ).

« Il est trop évident que nous avons besoin d’une façon de penser et d’une action rapide dans le monde entier – une transformation loin des systèmes qui nuisent à l’environnement et à la société et vers des systèmes durables.

Les communautés locales et les jeunes ont un rôle crucial à jouer dans la restauration des terres arides du monde. La “Youth in Landscapes Initiative” et le Global Landscapes Forum ont uni leurs forces pour lancer la deuxième édition du programme “Restoration Stewards”, qui fournira un financement, un mentorat et une formation à cinq jeunes praticiens de la restauration et à leurs équipes au cours de la prochaine année.

En partenariat avec la Robert Bosch Stiftung, l‘initiative GLFx a annoncé un fonds d’amorçage pour la création de cinq chapitres locaux dans la grande région du Sahel, qui recevront chacun 5 000 euros ainsi qu’un soutien technique et une formation. GLFx est une communauté mondiale dirigée par le Global Landscapes Forum pour accélérer l’action locale vers des paysages plus durables et elle est composée de chapitres organisés de manière indépendante et conçus pour favoriser l’action de restauration sur le terrain.

“Des écosystèmes sains sont une condition préalable au développement durable et à la résilience climatique “, a déclaré Ottilie Bälz, vice-présidente senior de la Robert Bosch Stiftung. “Le Global Landscapes Forum fournit un soutien indispensable aux acteurs locaux en créant des communautés de pratique et en connectant le niveau local aux réseaux et ressources internationaux. Nous sommes inspirés par la puissance et l’engagement que nous avons vus durant le GLF Afrique, et nous sommes fiers de soutenir la création de cinq nouveaux chapitres GLFx dans la grande région du Sahel.”

« La restauration des terres arides africaines consiste à rétablir l’équilibre entre les personnes, les animaux et l’environnement afin de maintenir la productivité dans ces écosystèmes fragiles, tout en soutenant les aspirations de la prochaine génération à une vie moderne », a déclaré Robert Nasi, directeur général du Centre de recherche forestière internationale (CIFOR).

La rédaction


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here