L’ ANAC, dispose d’un formulaire qui contraint les compagnies à signaler leur degré d’émission de gaz carbonique

05 pays de la sous-région africaine prennent part depuis hier lundi à Lomé à une rencontre régionale sur la mise en œuvre des exigences relatives au régime de compensation et de réduction de carbone pour l’aviation internationale (CORSIA)

Organisée par l’Organisation de l’aviation civile internationale, la rencontre de  03 jours, qui a fait mobilisé les acteurs de l’aviation civile du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Niger, du Mali et du Togo devra permettre de cerner un peu plus les contours du CORSIA.
Le programme débutera par une phase pilote de 2021 à 2023 avant une première application prévue pour la période 2024-2026.

Pour le directeur de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC), Gnama Latta, le Togo a déjà pris les devants dans la lutte contre les émissions néfastes et a multiplié les initiatives : « En Afrique, nous sommes le 2ème pays, et le 1er en Afrique de l’Ouest, pour abriter cette rencontre à cause des efforts que fournissent le gouvernement et l’ANAC » mentionne le portail de la république togolaise.

La même source mentionne également  qu’il a indiqué  « au niveau de l’ANAC par exemple, nous avons un formulaire qui contraint les compagnies à signaler leur degré d’émission de gaz carbonique ».

Confirmant ces bonnes intentions, le consultant OACI et Chef de programme changement climatique à la Direction générale de l’Aviation civile française (DGAC), Pierre Primard déclare pour sa part : «  le Togo est très volontaire dans la lutte contre le changement climatique. La mise en place de l’Agence de gestion de l’environnement (ANGE) en est une illustration ».

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents