Accueil Actualité Baisse de 3,4% sur les prix mondiaux des produits alimentaires en...

Baisse de 3,4% sur les prix mondiaux des produits alimentaires en avril

190
0

Pour le troisième mois consécutif, les prix mondiaux des denrées alimentaires ont baissé en avril tandis que les impacts économiques et logistiques de la pandémie ont entrainé des réductions importantes de la demande pour plusieurs denrées alimentaires, souligne aujourd’hui la FAO en publiant son indice mensuel. Il a baissé de 3,4% par rapport au mois de mars et de près de 10% par rapport à janvier.

Le sucre est à son plus bas en 13 ans, ayant perdu encore 14,6% en avril par rapport à mars. En effet, rappelle la FAO,  “la chute des prix mondiaux du pétrole brut a eu pour effet de réduire la demande pour la canne à sucre destinée à produire de l’éthanol, et de ce fait, influençant la production de sucre et les stocks disponibles à l’exportation” (lire chaque vendredi nos Chroniques matières premières).” Parallèlement, la demande en sucre a baissé.

Les huiles végétales ont baissé de 5,2% entrainés par les huiles de palme, de soja et de colza. “La baisse de la demande pour le biocarburant a également joué un rôle tout comme la baisse de la demande en provenance du secteur alimentaire et une production plus importante que prévue d’huile de palme en Malaisie et de soja aux Etats-Unis.”

Les prix des produits laitiers ont glissé de 3,6%, le beurre et la poudre de lait étant particulièrement touchés “face à la hausse des disponibilités à l’exportation et des stocks mais aussi de la faiblesse de la demande pour les importations et de la baisse des ventes aux restaurants dans l’hémisphère nord.”

L’Indice FAO du prix de la viande a baissé de 2,7%. La relance partielle de la demande chinoise en viande n’a pas été suffisante pour compenser la chute des importtaiosn ailleurs dans el modne, proviquant une baisse de 2,7% du prix de la viande. “La pandémie affecte à la fois la demande et l’approvisionnement en ce qui concerne la viande. La fermeture des restaurants et la baisse de revenus des ménages ont entrainé une baisse de la consommation et des pénuries de main d’œuvre du côté du traitement. Cela a eu un impact sur les systèmes de production des principaux pays producteurs de bétail”, a déclaré Upali Galketi Aratchilage, économiste à la FAO.

Les céréales ont connu une fortune diverse en avril : si les prix des céréales secondaires, y compris le maïs, ont chuté de 10%  en raison de la baisse de la demande pour son utilisation pour nourrir des animaux et pour produire du biocarburant, les prix du riz ont grimpé de 7,2% et de 2,5% pour le blé notamment parce que des prévisions indiquent que le quota des exportations en Russie serait rapidement atteint.

Avec commodafrica

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here