WEP-TOGO exhorte les femmes togolaises à la gouvernance locale des ressources naturelles

La communauté internationale célèbre ce vendredi 8 mars 2019, la 42e édition de la Journée Internationale de la Femme (JIF 2019) placée autour du thème : « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement ».

Au Togo, cette journée se célèbre par diverses organisations de femmes de la société civile qui œuvrent pour la protection de l’environnement dont Women Environmental Programme Togo (WEP-TOGO) qui l’a placée autour de la thématique « Contribution des femmes dans la gouvernance locale des ressources naturelles, quels défis ? »

En effet les femmes sont les plus utilisatrices des ressources naturelles et sont à la fois les plus affectées par les effets de la dégradation de ces ressources et des changements climatiques.

vue partielle des femmes rurales

À en croire la Directrice Exécutive de WEP-TOGO, Mme TSONYA – ACAKPO ADDRA Brigitte, en ce jour de la Journée Internationale de la Femme (JIF 2019), il est assez important aux femmes de faire un clin d’œil aux rôles à jouer dans la gouvernance locale des ressources naturelles au Togo.

« Une meilleure implication effective et efficiente des femmes à la gestion durable des ressources naturelles s’avère importante. Elles ont un rôle crucial dans l’initiation et préparation des générations futures à la protection des ressources naturelles. » Confirme t-elle.

Vue partielle de la Directrice Exécutive de WEP-TOGO, Mme TSONYA – ACAKPO ADDRA Brigitte au chevet des populations à la base

Poursuivant, Mme TSONYA – ACAKPO ADDRA Brigitte dénonce « La réelle contribution des femmes à la production écologique agricole, à la gestion des déchets, à la gestion de la forêt, à l’accès à l’eau et à sa gestion, et dans le domaine de la pêcherie ainsi que leur rôle dans la sécurité alimentaire sont souvent méconnus par elles et aussi par d’autres acteurs. »

De fait, les impacts et la lourdeur du rôle des femmes dans les différents secteurs de la gestion des ressources naturelles sont indéniables.

Spécifiquement, les femmes ont des rôles clés dans la sauvegarde de l’agro biodiversité.

Les données compilées au niveau du Centre for Education and Documentation (CED), révèlent que les femmes possèdent un grand savoir sur la conservation des semences, leur germination ainsi que la sélection et la quantité de semences à préserver pour le futur.

Par ailleurs, une étude portant sur l’accès des femmes aux forêts en Afrique, montre à suffisance que celles-ci y travaillent spécifiquement pour ramasser le bois et pour la collecte des produits forestiers non-ligneux (miel, noix, fruits, champignons, plantes médicinales, tourbe, huile, fourrage, etc.)

Cela leur permet de produire des biens de consommation pour leur famille et pour la revente. Un autre rôle important pour les femmes, tout comme dans le domaine de l’agriculture, est celui de la conservation et la répartition des semences des différentes plantes des forêts.

Les femmes surtout en milieux ruraux ont aussi un bagage de connaissances très important en lien avec les différentes espèces des forêts et les méthodes d’extraction des ressources de la forêt. Également les femmes ont un rôle important à jouer dans l’économie du combustible et l’adoption des bonnes pratiques de cuisson propre, susceptible de contribuer énormément à la lutte contre la déforestation.

Par ailleurs, ces femmes sont très peu impliquées dans la gestion et la protection de la forêt de façon formelle. Leur rôle à cet égard est très peu documenté. Par contre, elles jouent souvent des rôles informels dans le secteur foresterie. Il est vivement souhaité dans les années à venir d’ici 2022 avec l’évaluation du PND, une augmentation du nombre de femmes participant officiellement aux démarches de gestion des forêts.

Pour information, les femmes sont au cœur dans le domaine de l’eau, les femmes ont des rôles importants dans tout ce qui est en lien avec la gestion de l’eau, conditions d’hygiène et l’assainissement de l’eau. Cela a été reconnu par différents traités et conventions depuis la Conférence des Nations Unies sur l’eau à Mar de Plata en 1977 jusqu’à la Conférence sur l’eau et l’environnement de Dublin en 1992.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents