Togo : La capacité des usines de transformation d’anacarde estimée à 7 050 tonnes

La capacité des usines de transformation de l’anacarde  est estimée à 7 050 tonnes. Ces unités ont un moratoire de deux semaines, à compter de la date de lancement de la campagne de commercialisation, pour s’approvisionner avant le démarrage effectif des opérations d’exportation.

D’ici à 20222 , la flière de l’anacarde va atteindre une production de 30. 000 tonnes et créer 21. 500 emplois.

Et pour la seule année 2019 , une production de 24. 000 tonnes est  attendue pour une estimation des exportations évaluées à 27. 000 tonnes.

40 francs CFA par kilogramme sur les noix de cajou brutes et cinq francs Cfa sur les noix de cajou transformées, tel sont les prix qui ont été institués selon le décret instituant un prélèvement à l’exportation sur les noix de cajou brutes ou transformées.

De fait l’idée étant de servir des recettes fiscales mobilisées pour soutenir le développement de la filière et donner un coup de pouce à la transformation locale , plus rentable.

Pour la campagne de commercialisation en 2018, la production était évaluée à 15 000 tonnes contre une exportation de 21 000 tonnes. Du fait du phénomène de la réexportation d’une quantité de noix de cajou en provenance des pays voisins du Togo.

Qu’a cela ne tienne, cette différence de 6.000 tonnes prouve l’infériorité de l’offre par rapport à une demande importante.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents