Accueil Actualité Togo/ Facilitation des Échanges : La CNFE vers la création d’un...

Togo/ Facilitation des Échanges : La CNFE vers la création d’un portail d’informations commerciales

28
0

Chaque État doit rendre disponible ses données sur Internet et ceci ne pourra être possible qu’à travers la mise en place d’une plate-forme a affirmé le Directeur du commerce extérieur, Batchassi Katchali lors d’un point de presse tenu en fin de semaine à Lomé par le Comité National de la Facilitation des Echanges. (CNFE)

Cette décision, selon le Directeur  s’inscrit normalement  dans la vision principale de l’axe 1 du PND qui stipule «Faire du Togo un hub logistique et de transit compétitif permettant de réduire de 20 % le temps et le cout des échanges commerciaux à l’importation et à l’exportation d’ici 2020 ».

Et de préciser  « On note  le paiement par voie électronique pour faciliter les échanges ceci pour éviter de trimballer la liquidité », a-t-il ajouté.

En d’autres termes, la revue des mesures de la catégorie B(12), l’évaluation des mesures de la catégories A(16), la mise en place d’un mécanisme de coordination et de coopération aux frontières, la création d’un portail d’informations commerciale sont les prochaines activités phares que le CNFE exécutera.

Les nombreux défis du Comité évoqué sont entre autres le financement, le respect des délais étant donné que les mesures de catégorie B et C ont été notifiées avec des dates auxquelles le Togo estime capable de les mettre en œuvre, l’effectivité de l’assistance technique pour la mise en œuvre des mesures de catégories C.

Pour de nombreux pays en développement, cela signifie que l’intégration aux marchés mondiaux ne peut se faire qu’au prix d’un grand bond en avant en matière de disponibilité et de qualité de l’internet et autres services de logistique.

Le CNFE est les fruit de l’Accord sur la Facilitation des Échange (AFE) pris en 2013 par les États membre de l’OMC ( entrés en vigueur le 22 février 2017) suite au constat selon lequel les opérateurs économiques effectuent de nombreuses formalités administratives lors du passage des marchandises à travers les frontières, un obstacle pour l’accélération des biens et des échanges et qui sont entrés en vigueur le 22 février 2017. Il a vu le jour suite aux constats selon lequel les opérateurs économiques effectuent de nombreuses formalités administratives lors du passage des marchandises à travers les frontières, un obstacle pour l’accélération des biens et des échanges.

Créé par le décret présidentiel n°2016-101/PR du 20 décembre 2016, les activités réalisées par ce comité à ce jour sont entres autres : les séances d’informations sur l’AFE à l’endroit des journalistes, des  importateurs-expotateurs, des transitaires, des transporteurs, une tournée de sensibilisation des organismes présents aux frontières sur l’AFE, la catégorisation (A,B,C) et notifications des dates indicatives des mesures B et C. L’atelier d’identification des goulots d’ étranglement liés à la mise en œuvre des mesures de la catégorie B , suivi du fonctionnement du GUCE à Cinkassé, au port et à Kodjoviakopé, la formation des membres du comité sur la mise en œuvre de l’accord sont aussi d’autres activités réalisées.

Composé de 26 structures dont 16 de l’administration publique et 10 du secteur privé, ce comité a pour mission de faire le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre de l’AFE, veiller à la simplification des procédures, la réduction des couts et des délais de dédouanement, veiller à l’harmonisation et à l’autonomisation des procédures douanières et des pratiques commerciales, élaborer des procédures pour l’échange des renseignements pertinents et des meilleures pratiques.

La rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here