Accueil Actualité Grâce à ses éléphants, le Togo accueille près de 200 000 touristes...

Grâce à ses éléphants, le Togo accueille près de 200 000 touristes étrangers par an

175
0

Dans certaines sociétés du Togo, l’éléphant est considéré comme un destructeur de récolte, alors que cet animal a  un rôle écologique primordial. Laboureur et semeur de la végétation africaine , l’éléphant attire les touristes également. Symbole de la faune africaine , l’éléphant draine les touristes.

LIRE AUSSI: Les éléphants dans la nature vivent 5 ans de moins que ceux nés en captivité

Le Togo accueille annuellement entre 150 000 et 200 000 touristes étrangers, auxquels il faut ajouter 40% de visiteurs des pays limitrophes. indique le  confrère de l’Union.  Le taux de touristes selon le ministère du Tourisme a considérablement régressé, mais les autorités espèrent une avancée.

Du coup, l’UICN dégaine quelque 275 mesures pour contenir cette saignée  « La forte hausse du braconnage, qui a débuté, il y a une dizaine d’années, est  la principale cause du déclin » de la population d’éléphants explique l’organisation qui ajoute que « la disparition croissante des zones naturelles d’habitation des pachydermes, à cause de la déforestation et de l’urbanisation » constitue également une menace pour l’espèce. Mais la protection de l’éléphant ne vise pas seulement la préservation de l’espèce.

LIRE AUSSI: Togo/ Criminalité environnementale : des efforts aboutissent au démantèlement de plusieurs réseaux

Elle contribue à la biodiversité et à la présence d’habitats pour d’autres espèces, à la dispersion et à la germination des graines pour les essences d’arbres, ainsi qu’au tourisme. Celui-ci est vital pour les populations rurales, dont les emplois et les moyens de subsistance sont liés à ce secteur et à des secteurs connexes, comme l’alimentation et le transport, qui sont plus durables et qui affichent un potentiel de croissance plus important.

Le problème au Togo, c’est que le parc d’éléphant n’attire plus pour autant, mais le pays constitue une plaque tournante de transit pour le transfert illicite des ivoires. En effet, le ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature a enregistré plusieurs cas de saisies d’Ivoire.

A en croire les responsables du ministère, les ivoires en question ne proviennent pas du Togo.

Ces ivoires sont achetés dans plusieurs pays de la sous-région, voire en Afrique Centrale pour être acheminés vers les pays de l’Asie à partir du Port de Lomé en eau profonde .

Le Togo n’a plus beaucoup de grands animaux comme l’éléphant, mais est un pays de transit aux trafiquants pour exporter les produits qui proviennent des autres pays.

Edem kolani

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here