Les Journées du changement climatique et de la croissance verte, du 27 au 28 mai prochains en côte d’ivoire

La Banque africaine de développement (BAD)  accueillera les 27 et 28 mai 2019, à son siège d’Abidjan en côte d’ivoire les Journées du changement climatique et de la croissance verte.

Cet  événement s’inscrit dans le cadre des efforts visant à créer une plate-forme pour mettre en  lumière les objectifs en ambitieux de la Banque en matière de changement climatique et de croissance verte. Apprend-on de la cellule de communication de la haute institution  financière basée en côte d’ivoire.

Selon la même source, l’événement intitulé  » Passer de l’aide d’urgence au renforcement de la résilience  » comprendra deux panels et un séminaire sur les réalisations et les défis en matière de lutte contre les changements climatiques grâce aux activités de la Banque dans tous les secteurs.

Le premier panel explorera les approches, les opportunités et les défis du renforcement de la résilience en Afrique, tandis que le second traitera du financement et des modèles d’affaires pour le renforcement de la résilience au climat en Afrique.

Le changement climatique pose d’importants défis au développement économique de l’Afrique. Le continent subit déjà son impact, comme en témoignent le stress sur ses ressources en eau et la diminution de la productivité des cultures. Les récents cyclones Idai et Kenneth sont considérés comme les pires ouragans de l’hémisphère sud de ces dernières années, entraînant des pertes économiques directes d’environ 2 milliards de dollars.

Les pays africains consacrent déjà environ 2 % de leur PIB à la lutte contre les catastrophes climatiques extrêmes. Le coût de l’adaptation pour l’Afrique pourrait atteindre 7 à 15 milliards de dollars par an d’ici à 2020, et il devrait augmenter rapidement à mesure que les températures augmentent.

Cependant, il existe des possibilités d’exploiter les ressources naturelles du continent de manière durable et de promouvoir un développement à faible émission de carbone et résilient au climat. Avec des investissements accrus de la part des gouvernements nationaux et des partenaires de développement, l’Afrique pourrait mieux se positionner pour faire face aux risques climatiques futurs.

LIRE AUSSI: Togo/ prix à la consommation : le niveau quasiment stabilisé en avril 2019

Dans son Plan d’action sur le changement climatique 2016-2020, la Banque s’est engagée à tripler ses financements en faveur de la lutte contre le changement climatique pour atteindre 40 % de ses projets approuvés d’ici 2020.

« Il est important que tout le monde comprenne que le changement climatique est une question transversale. Elle est passée d’une préoccupation environnementale à une menace pour le développement mondial, en particulier en Afrique. La Banque africaine de développement fait preuve d’un engagement ferme, tant au niveau de la politique que de la mise en œuvre, en faveur d’un développement compatible avec le climat en Afrique « , a déclaré Anthony Nyong, directeur de la Banque pour le changement climatique et la croissance verte, nommé parmi les  » 100 personnes les plus influentes dans la politique climatique mondiale « .

Les participants seront également invités à une exposition présentant les activités de la Banque dans les domaines de l’énergie, de l’agriculture et des forêts, de l’eau, des transports et des villes, du genre et du développement humain, et des services d’information climatique.

La rédaction

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents