Accueil Actualité Énergies renouvelables : La BIDC et le réseau PFAN signent un accord...

Énergies renouvelables : La BIDC et le réseau PFAN signent un accord de partenariat dans l’espace CEDEAO

45
0

Un accord de partenariat a été conclu, mercredi 10 avril dernier , à Lomé, entre la Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO (BIDC) et le Réseau de conseil en financement privé (PFAN), un partenariat public-privé multilatéral initié par la Climate Technology Initiative et la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Cet accord va permettre aux deux parties signataires d’œuvrer ensemble pour faire la promotion des énergies propres et renouvelables. Mieux, faire en sorte qu’une énergie forte soit disponible pour tous, afin de participer activement au développement durable dans l’espace communautaire de la CEDEAO.

Cet accord de partenariat, intervenu au siège de la BIDC, à Lomé, vise à établir une collaboration entre ces deux institutions, afin d’œuvrer ensemble pour le développement durable et à grande échelle de la sous-région. Cette collaboration sera axée sur l’expansion des énergies propres et renouvelables. Il s’agit, pour le Réseau de conseil en financement privé (PFAN), conformément à ses missions, d’identifier et de soutenir les projets promoteurs et novateurs dans le secteur de ces énergies, portés par les entrepreneurs relevant des pays de la CEDEAO. Ces projets pourront ainsi être soumis à la BIDC pour leur financement, dans le cadre du présent partenariat.

LIRE AUSSI: Togo/PND : un nouveau broyeur et une centrale solaire photovoltaïque bientôt installés

Les documents ont été paraphés par le président de la BIDC, M. Bashir Mamman Ifo et le coordonnateur général de PFAN, M. Peter Storey.

A l’occasion, M. Ifo a indiqué que cet accord de collaboration est dans la logique de politique de développement de la sous-région, à travers certains secteurs tels que les infrastructures et les énergies renouvelables.

Pour lui, le financement et la mise en œuvre des projets retenus au profit des populations au sein de la communauté, vont contribuer, de façon substantielle, à la création d’emplois et à l’amélioration des conditions de vie des populations. Il a souligné que le Togo fait partie intégrante des pays qui bénéficieront des financements de son institution dans le cadre du présent accord de partenariat.

Pour sa part, le coordonnateur général de PFAN, M. Peter Storey, a indiqué que par cette signature, les deux institutions viennent de se mettre d’accord sur le principe de durabilité et de viabilité avec des mesures fortes. Pour lui, PFAN s’occupe de l’identification, de la préparation et de la mobilisation des ressources pour les projets qui respectent le concept de l’énergie renouvelable. A cet effet, son réseau est en train de préparer un atelier qui se chargera d’examiner 20 projets, conformément aux normes de PFAN, en vue de financer ceux qui seront sélectionnés pour le compte de 2019.

A son avis, en contribuant au développement et au déploiement de capacités de production à faibles émissions de carbone dans les pays en développement, PFAN contribue également à la réalisation des objectifs de l’accord de Paris de la CCNUCC de 2016, ainsi qu’à la réalisation des objectifs du programme de développement durable à l’horizon 2030.

Bras financier de la CEDEAO, la BIDC a, à son actif, plusieurs réalisations dont le Fonds Africain des Biocarburants et des Energies Renouvelables (FABER), devenu SABER. La BIDC est une banque commune aux 15 pays membres de l’Afrique de l’Ouest. Elle contribue à la réalisation des objectifs de la communauté, en accompagnant les projets de création d’infrastructures d’intégration régionale, et autres projets de développement dans les secteurs public et privé. La banque aide également au développement de la communauté par le financement de programmes spéciaux. Son siège est à Lomé, au Togo.

Le PFAN est l’un des rares acteurs du financement de la lutte contre le changement climatique à lever les obstacles auxquels se heurtent les Petites et Moyennes Entreprises (PME) dans les pays en développement et les économies émergentes, en mobilisant les investissements du secteur privé avec un petit montant de fonds publics.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here