Accueil Actualité Forum Togo-UE : le climat, l’énergie, et la transformation manufacturière abordés par...

Forum Togo-UE : le climat, l’énergie, et la transformation manufacturière abordés par 70 conférenciers

90
0

Dans sa marche vers le progrès, le Togo a besoin d’être accompagné. Une raison pour laquelle le forum économique Togo-UE a été organisé. Tenu sur deux (2)  jours, notamment les 13 et 14 juin derniers , ce forum a permis au Togo de redéfinir les axes prioritaires du Plan National de Développement (PND), dont l’ambition première est de faire du Togo un hub logistique et un pôle de transformation agricole manufacturier et d’industrie extractive à travers des projets structurants.

Le premier rendez-vous du Togo avec l’Union européenne a été une occasion pour le pays d’échanger avec ses pairs sur les opportunités d’investissements au Togo.

LIRE AUSSI:  Le forum économique UE-Togo rentre dans l’histoire

Ces opportunités, passent par l’amélioration du climat des affaires, l’énergie, les Technologies de l’information et de la communication(TIC), l’eau, la transformation manufacturière, la santé, l’éducation, le développement de la jeunesse et bien d’autres. Ainsi, à travers des panels,  des discussions, 70 conférenciers ont eu à aborder diverses thématiques allant dans le domaine du développement inclusif à l’importance des partenaires au développement.

À l’issue de ces panels, il ressort que le pays est confronté a deux grands défis majeurs. Il s’agit de l’innovation et de la compétitivité. Pour cela, des efforts doivent être faits en vue d’une solution à long terme.

« Le Togo comme la plupart des pays en Afrique est confronté à cette problématique liée à l’énergie, aux TIC, à l’amélioration du climat des affaires, à l’accès aux financements(…). Il faudrait que chaque partie s’occupe un peu des rôles qui lui sont dévolus », a confié M. Mounir MOUAKHAR, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Tunis et Président de la Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et Francophones.

Selon lui, avant de parler du développement économique d’un pays, il faut se tourner vers tous les secteurs, surtout les Petites et Moyennes Entreprises(PME), car ils peuvent apporter un véritable savoir-faire dans l’amélioration du climat des affaires.

LIRE AUSSI: Les résultats de la  promotion 2019 des volontaires internationaux de la Francophonie sont connus

Depuis des années, le Togo s’est dédié à bâtir une économie inclusive et durable où, chaque couche de la population ou chaque région du pays participe pleinement au processus de son développement. Ce caractère multidimensionnel de développement impose une stratégie qui va au-delà d’une préoccupation axée sur le revenu. Ainsi, le regard est tourné vers les énergies surtout, les énergies renouvelables.

« Pour avoir une économie forte, il faut avoir l’énergie nécessaire. Il faut donc travailler sur les énergies renouvelables, et avoir une meilleure connexion internet, car c’est ce qui attire plus les investisseurs étrangers », a laissé entendre Germain MEBA, Président de la Chambre du Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT). Selon ce dernier, les énergies et l’internet sont des outils indispensables au développement économique d’un pays. Et si le Togo veut mûrir cette ambition liée au PND, ces secteurs ne doivent pas être négligés.

Grace à ce  forum, le Togo a obtenu  de la part de l’Union Européenne, l’engagement pour l’accompagner, non seulement en matière de création d’emploi, mais aussi et surtout, pour une croissance économique forte et durable. « Maintenant, il s’agit de tirer le meilleur profit de ce forum et de travailler ensemble. L’Union européenne est prête à intensifier son soutien », a souligné Bruno HANSES, Ministre conseiller de la délégation de l’Union Européenne au Togo, qui appelle le pays à poursuivre sans relâche sa politique de reforme.

Dans la foulée, une promesse d’environ 852 milliards de Francs CFA, soit plus de 1, 3 milliards d’euros a été faite par les investisseurs étrangers européens, un pari gagné pour la réalisation du Plan National de Développement dont 65 % des investissements reposent sur le secteur privé. À cet effet une consultation avec la partie européenne est prévue très prochainement afin de parvenir à un plan d’accompagnement sur la période 2O21-2025.

Emmanuel K.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here