Accueil Actualité Togo : les parlementaires à l’école du genre et de la biodiversité

Togo : les parlementaires à l’école du genre et de la biodiversité

64
0

Les parlementaires togolais sont en atelier d’information et de sensibilisation ce mercredi 24 novembre 2021 sur le genre et la biodiversité. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du projet « Intégration des considérations du genre dans la conservation de la biodiversité et le développement des communautés locales ».

En effet, depuis quelques années, le Togo a engagé des réformes en matière de gouvernance environnementale afin de faire face à l’émergence des grandes menaces environnementales à l’échelle internationale et nationale et de s’inscrire dans la logique d’une gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles.

Ces différentes réformes ont permis d’arriver à la définition d’un nouveau cadre juridique de gestion de l’environnement et des ressources naturelles marqué par l’adoption de la loi n°2008-005 du 30 mai 2008 portant loi-cadre sur l’environnement et de la loi n°2008-009 du 19 juin 2008 portant code forestier.

Le code forestier, destiné à remédier aux insuffisances constatées dans le passé, se voulait le cadre légal et moderne d’un système de gestion plus participatif et plus efficace pouvant permettre d’une part à la forêt de se pérenniser et de remplir ses fonctions de sécurité écologique, d’autre part, à l’industrie forestière de contribuer substantiellement au développement économique du pays et par ailleurs aux populations riveraines de s’épanouir.

Cependant, dans son application, les acteurs ont relevé des insuffisances majeures qui entravent les actions en faveur de la protection de nos ressources forestières et qu’il importe de corriger.

De la nécessité d’outiller sur le genre et la biodiversité

Alors que les hommes et les femmes ont des connaissances, utilisations et accès différents aux forêts et aux aires protégées, les femmes en sont les premières usagères.
Leurs droits aux forêts et aux ressources foncières doivent être reconnus. Leurs rôles de leaders, parties prenantes et bénéficiaires de la conservation de la biodiversité méritent d’être intégrés dans le système de gouvernance des ressources forestières et surtout d’être pris en compte et protégés dans le cadre juridique en vigueur en matière de gestion desdites ressources.

En effet, placer le genre au centre du code forestier est un facteur de succès des initiatives de conservation de la biodiversité et démontre la manière dont le rôle unique des femmes dans la protection et la gestion de la biodiversité et leur accès équitable aux ressources, est une composante importante pour une gestion équitable, effective et efficace des ressources forestières.

La rencontre entre le ministère de l’Environnement et les parlementaires, se veut une occasion en vue d’obtenir leur soutien pour le renforcement du cadre juridique et réglementaire au Togo. Cette activité est financée par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE).

Un atelier pour mettre en relief défis, opportunités et rôle clé joué par les femmes dans le développement durable et la conservation de la biodiversité

L’objectif général poursuivi à travers cet atelier est de sensibiliser et d’échanger avec les parlementaires sur la prise en compte de la dimension de genre dans la conservation de la biodiversité.

Spécifiquement, il sera question de présenter les défis, les opportunités et le rôle clé joué par les femmes dans le développement durable en général et la conservation de la biodiversité en particulier ; renforcer la compréhension des parlementaires sur le processus d’intégration du genre dans les textes juridiques, les projets et programmes relatifs à la conservation de la biodiversité.

Aussi, permettra-t-il d’outiller davantage les parlementaires afin de les permettre de mieux communiquer et informer la population sur l’importance de la femme dans la conservation de la biodiversité obtenir le soutien des parlementaires pour le renforcement du cadre juridique e réglementaire au Togo.

Notons qu’au cours de l’atelier, la méthodologie de travail sera basée essentiellement sur les exposés suivis des échanges et partages en plénière. Les débats qui en suivront seront assortis des recommandations fortes pour une meilleure prise en compte du genre dans les actions de conservation de la biodiversité au Togo. L’atelier est facilité par les cadres de la direction des ressources forestières et une personne ressource.

La rédaction


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here