Accueil Actualité Togo/12ème Foire  National du Paysan : 20  représentants des acteurs directs par filière...

Togo/12ème Foire  National du Paysan : 20  représentants des acteurs directs par filière attendus

173
0

La 12ème édition de la  Foire National du Paysan Togolais qui  se tiendra du 23 au 25 janvier 2020 au Palais des Congrès de Kara, et qui sera  précédée d’une mini foire agricole dont le lancement est prévu, le 18 janvier compte accueillir au total, dix-sept (17) commissions  constituées pour les tables filières avec en moyenne une vingtaine de représentants des acteurs directs par filière.

Les filières identifiées pour ces tables sont notamment  les filières végétales (tubercules, soja, maïs, riz, coton, café-cacao, sésame, anacarde, karité, fruits et légumes, fonio) ; les filières animales (volailles, petits ruminants et bétails) et les filières halieutiques (poissons (pêches et aquaculture)).

Pour chaque commission, un ensemble de facilitateurs auront pour tâche d’apporter des éléments d’éclaircissement et d’analyse aux acteurs. Ils ont essentiellement un rôle d’appui.

Les travaux en commissions seront organisés sous forme de tables de négociation, d’une part entre les acteurs des chaînes de valeurs eux-mêmes, et d’autre part entre les acteurs des chaînes de valeurs et le secteur public.

LIRE AUSSI: Le 11ème Forum National du Paysan Togolais débuté ce jeudi à kara

De fait , ils  devront aboutir à  entre autres à des propositions concrètes d’actions à mener sur les 12 prochains mois en vue d’une bonne animation des familles et organisation des filières ; des prévisions d’emplois ainsi que les opportunités notamment pour les jeunes par filière sur la période 2019-2023 ; des objectifs à atteindre par chaque filière lors des rencontres B to B (nombre de contrats ou promesses d’achat, nombre de partenariat, nombre de projets retenus par les IF partenaires de MIFA et montant de financement).

Il s’agira aussi de l’identification et de la formalisation de grands espaces exploitables et aménageables dans un cadre de partenariat public privé ; de la mise en place d’un comité de pilotage, reliant l’ensemble des décisions qui devra se réunir tous les trimestres pour rendre compte des avancées des problèmes rencontrés pour être proactif.

Par ailleurs, l’organisation de la 12ème édition du Forum national du paysan togolais (FNPT),  servira de cadre d’échanges, de partage d’expériences, de négociation et de contractualisation entre les acteurs des chaînes de valeurs agricoles d’une part, et d’engagement dans une approche plus concertée sur les différents objectifs.

 Il s’agira principalement de poursuivre l’appropriation et la mise en œuvre des différents chantiers engagés dans le cadre du PND, notamment : la maîtrise de l’eau pour une production sur toute l’année : avec des systèmes d’irrigation connectés, irrigation selon les besoins des sols et suivant les cultures pour entraîner une augmentation de la qualité des produits et une production maîtrisée ; le déploiement d’un écosystème digital avec des solutions numériques innovantes : le numérique sera au départ de la production, de la transformation animale et agricole.

 Comme exemple de solution numérique : le suivi du bétail entrant durant la transhumance, avec des outils connectés pouvant prévenir des maladies et ainsi empêcher l’infection d’un troupeau tout entier ; la professionnalisation de la formation basée sur le numérique ; l’amélioration du taux de mécanisation agricole pour réduire l’utilisation des pesticides dans les travaux de préparations de sols : un accompagnement optimal visant la préservation des sols, afin d’éviter l’utilisation de pesticides, via les outils numériques pouvant donner la qualité du sol et savoir en amont quelle culture sera la mieux adaptée ; l’appui à l’émergence des industries de transformation agricoles et agroalimentaires ;  la promotion de l’exportation des produits agricoles : la possibilité de vendre en direct aux acheteurs via une plateforme dédiée.

Les agriculteurs pourront se regroupées afin de pouvoir répondre à la demande des acheteurs sur le continent africain jusqu’en Asie ; la mise en avant de polycultures, pour ne pas s’arrêter à une seule culture dans l’année, pour garantir des revenus tout au long de l’année aux agriculteurs.

La rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here