Accueil Actualité Réduction des gaz à effet de serre : le groupe cimentier...

Réduction des gaz à effet de serre : le groupe cimentier SCANTOGO mise sur la biomasse

227
0

La fabrication de ciment est l’une des activités industrielles les plus émettrices de gaz à effet de serre (GES) dans le monde. L’énergie nécessaire au procédé représente environ 40% des émissions. Mais 60 % provient du calcaire lui-même, qui libère du carbone sous forme de CO2 lorsqu’il se transforme en ciment.

Conscient de cet enjeu environnemental, SCANTOGO, filiale du Groupe HeidelbergCement Togo dans son engagement à protéger, promouvoir et préserver l’environnement compte remplacer les carburants fossiles (charbon) par de la biomasse. L’utilisation de cette dernière représente déjà 8% de l’énergie utilisée dans le monde.

Pour y arriver, l’approche de solution de la société est la culture de la biomasse, qui est à sa phase d’expérimentation et que la société produit sur un site de 3 ha. Composé des plants comme le miscanthus (plante énergétique, vivace, multifonction très permaculture), et “l’elephant grass (anglais)“, une herbe qui sur le plan climatique, s’adapte à des milieux variés, qui seront utilisés comme combustible alternatif pour ses fours dans l’usine de Tabligbo.

Selon les explications de Koamy Gomado, Gestionnaire Responsabilité Sociétale de la Fondation HC Togo à Vert-Togo, le processus d’expérimentation des espèces pour leur culture et leur usage en combustible alternatif dans les fours est en cours. « Avec cette expérimentation on pourra mettre fin à l’usage des énergies fossiles telles que le charbon par la biomasse qui est une source d’énergie renouvelable et qui n’émet pas des GES. »

LIRE AUSSI: À Tabligbo , les graines d’iroko valorisées dans la pépinière de SCANTOGO

Les déchets issus de la fabrication de l’huile de palme, les fibres d’huile de palme et les coques pourraient être utilisés également dans les fours de la société selon une étude qui est en train d’être menée. En effet, l’idée est de substituer le calcium du clinker par le calcium contenu dans les cendres de combustion de la biomasse. Cet apport de calcium réduirait l’empreinte climatique de la production de ciment, tout en sachant que la qualité du clinker dépend du combustible utilisé.

Un projet bénéfique pour les populations à la base

Fortement engagé dans sa responsabilité sociétale, le groupe Heidelberg-Cement compte y associer les populations à la base et riveraines de ses installations pour la production de cette biomasse.

« Nous aurons besoin d’une plus grande surface si ce projet pilote donne des résultats positifs. Les populations environnantes seront amenées à mener cette activité de culture de la biomasse dans leurs champs, au lieu de ne cultiver que des produits vivriers, si ce projet pilote marche. Ceci nous permettra de les aider par le même biais dans la diversification de leurs cultures et de leurs sources de revenus », clarifie Koamy GOMADO.

Il faut noter que SCANTOGO, sous le leadership de son Directeur Général, Éric GOULIGNAC, a déjà injecté près de 20 millions FCFA dans ce projet pilote de culture de la biomasse. Un investissement qui montre l’engagement de la société dans la préservation de l’environnement.

La société envisage étendre la superficie à 10 ha, sous réserve des résultats du projet pilote.

La rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here