Accès aux ressources naturelles : Les savanes d’Afrique de l’Ouest concurrencées

Depuis quelques années, dans les zones sahéliennes comme dans les savanes d’Afrique de l’Ouest,, on assiste à une concurrence exacerbée pour l’accès aux ressources naturelles entre et au sein d’usages comme le pastoralisme, l’agriculture, les aires protégées, les industries extractives, les infrastructures, l’urbanisation, etc… Apprend-on du bihebdomadaire togolais l’union pour la patrie.

Selon la même source,  mise à part   les impacts du changement climatique, l’évolution de la situation en croissance démographique, le manque de possibilités pour les jeunes ruraux et, en général, les changements sociétaux dans la région du Sahel accentuent cette concurrence et mettent en danger la durabilité des moyens de subsistance des communautés rurales.

En d’autres termes, dans le contexte des régimes fonciers pastoraux, il en résulte une réduction drastique des terres de parcours et des entraves à la mobilité des troupeaux, affectant ainsi les deux piliers de la résilience des systèmes pastoraux.

Lire aussi: Togo/Secteur de l’énergie : les institutions financières moins mobilisées

On note  alors une fragilisation des droits fonciers pastoraux en flagrante contradiction avec les objectifs de la politique- cadre de l’Union africaine sur le pastoralisme et du protocole de la CEDEAO sur la transhumance entre ses Etats membres. Dans ce contexte difficile, trouver des solutions à ces défis exige par un processus ouvert, participatif et multi acteurs afin de parvenir à des accords clairs et consensuels qui permettent la protection des régimes fonciers pastoraux.

Le rôle des  Directives Volontaires(DV)

 Les Directives volontaires sur la gouvernance responsable (DV) des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale constituent un outil important pour déclencher ce type de processus. Elles ont pour objectif d’améliorer la gouvernance foncière des terres, des pêches et des forêts, au profit de tous, en accordant une attention particulière aux populations vulnérables et marginalisées.

Les DV constituent ainsi un engagement des gouvernements sans précédent pour améliorer la gouvernance des ressources foncières et le premier document de référence négocié et adopté dans la perspective globale.

À la suite de leur approbation en 2012, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a reçu le mandat d’appuyer la mise en œuvre des DV, et en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers, a développé le programme de  Soutien à la mise en œuvre des directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux pêches et forêts».

Ce programme a appuyé des initiatives dans plus de 50 pays et en Afrique de l’ouest particulièrement en Guinée, Niger, Mali, Mauritanie, Sénégal et Togo.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents