Accueil Actualité A la 55e session CIBT , le REFACOF plaide pour  le reboisement des espaces dégradés 

A la 55e session CIBT , le REFACOF plaide pour  le reboisement des espaces dégradés 

114
0
Vue partielle de la Présidente de REFACOF caméroun , Mme Cécile NDJEBET

Le Réseau des Femmes Africaines pour la gestion Communautaire des Forêts (REFACOF) basé au Cameroun et dont une représentation figure au Togo prend part à la 55e session du conseil International des Bois Tropicaux (CIBT) depuis ce lundi à Lomé .

Rencontré à la veille de l’événement international que le Togo abrite, la Présidente du Réseau au Caméroun , Mme Cécile NDJEBET nous a fait part des raisons qui ont motivés leur participation. 

A en croire la présidente , c’est depuis la création du réseau qu’elles (femmes) se sont données pour mission “de promouvoir les droits des femmes en Afrique et d’influencer les politiques et les pratiques pour une équité de genre en matière de tenure foncière et forestière.

Pour y arriver elles mobilisent et revendiquent valablement diverses réformes et outils: agrégation et approfondissement de données statistiques, recueil et analyse des réglementations. 

« Nous sommes au Togo pour participer à la 55e session du CBIT afin de faire montre de notre implication entant que femmes dans la gestion durable des forêts mais aussi afin d’améliorer notre contribution vis-à-vis de la gestion efficiente des forêts. », confie t-elle.

Nous espérons que les projets de REFACOF, ajoute t-elle sera pris en compte au-devant du Conseil et que certains membres du conseil réagiront. 

« Nous prévoyons au travers de ces projets le reboisement des espaces dégradés dans certaines forêts de la sous-région ouest africaine , le développement de nos activités génératrices de revenue. Nous voulons également que le Conseil soi notre relais au niveau de l’international afin que les autres dynamiques et mécanismes soient intégrés. », informe t-elle.

LIRE AUSSI: Togo/Secteur Forestier : Ce qu’il faut retenir des priorités du gouvernement

Au Togo, le réseau milite pour la restauration des paysages dégradés. Elle accompagne également des associations qui se lancent dans la mise en valeur des produits non-ligneux. Depuis deux ans elle est présente au Togo.

Il faut noter que le Réseau est né en 2009 du constat fait par des femmes issues de différents pays d’Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Nigeria, Sénégal) et du centre (Burundi, Cameroun, Gabon, RCARDC) de la persistance d’une grave situation de discrimination à leur encontre dans le monde rural, spécialement en ce qui concerne l’accès et la gestion des terres et des forêts. 

k. M

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here