Accueil Actualité Togo/Transferts monétaires : un processus d’évaluation bientôt enclenché

Togo/Transferts monétaires : un processus d’évaluation bientôt enclenché

424
0

Sur un don de 29 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA) pour la mise en œuvre du projet FSB – Filets sociaux et service de base , le gouvernement envisage de commettre, pour compter d’avril ou mai prochain, des consultations dans le but de permettre d’exprimer une opinion professionnelle sur différents aspects de la mise en œuvre du programme de transferts monétaires, depuis le processus d’identification des ménages retenus pour bénéficier des transferts monétaires, jusqu’à la délivrance effective de ces transferts et le suivi de la mise en œuvre du processus, afin de s’assurer de la conformité dudit processus à celui prévu par le projet.

De façon spécifique, il s’agit de vérifier : (1) le respect des procédures d’identification des cantons, villages, ménages et bénéficiaires désignés entre Janvier 2019 et Décembre 2020. A ce niveau, la focalisation sera plus sur l’identification et l’enregistrement des ménages bénéficiaires, afin de déceler les erreurs d’inclusion éventuelles.

Dans la mesure du possible, il serait important de quantifier de telles erreurs par région et par canton ; (2) le respect des procédures de délivrance des transferts monétaires aux ménages éligibles et identifier les risques potentiel pour la réputation du projet. Dans la mesure du possible, la proposition d’indicateurs de respect des procédures  sera appréciée. En particulier, les indicateurs tels que le délai de délivrance des transferts monétaires (proportion des transferts délivrés dans un intervalle de cinq jours par rapport au délai prévu ; proportion de transferts non effectivement délivrés ; proportion de transferts délivrés en surplus ou en dessous de ce qui était prévu, etc.) ; (3) l’effectivité du suivi des activités sur le terrain par les équipes régionales afin d’identifier les mesures nécessaires à mettre en place pour un suivi efficace auprès des bénéficiaires ; (4) le respect des autres aspects opérationnels du programme, par rapport aux procédures et processus prévus .

Par ailleurs, la mission devra mesurer la perception et la satisfaction des bénéficiaires par rapport à la mise en oeuvre du programme de transferts monétaires.

LIRE AUSSI: À cinkassé, les transferts monétaires améliorent la sécurité alimentaire et la nutrition des femmes de “sam naba”

Les résultats de cette mesure de satisfaction permettront d’améliorer la délivrance des services du programme.

Les manifestations d’intérêt sont attendues par l’ANADEB le 20 mars 2020 au plus tard. La durée globale de la mission est de quarante (40) jours ouvrés étalés sur deux (2) mois. Cette durée comprend la préparation, la tenue d’un atelier de restitution des résultats de la mission, ainsi que la rédaction d’un rapport incluant les résultats, conclusions et recommandations de la mission. Le début de la mission est prévu pour le mois d’avril-mai 2020.

Rappelons que le 06 février 2018, il y a deux (2) ans exactement, le gouvernement togolais procédait, en présence de la Banque mondiale, à l’Ecole Primaire Publique Yaka, dans la préfecture de Doufelgou, au lancement officiel de la mise en oeuvre effective du Projet de Filets sociaux et services de base (FSB) et du Projet d’opportunité d’emplois pour les jeunes vulnérables (EJV). La Banque mondiale entendait ainsi aider à promouvoir un développement social, inclusif et durable dans les communautés les plus pauvres au Togo.

A travers ces nouveaux projets, la Banque s’engage avec le gouvernement à mieux s’attaquer aux problèmes des jeunes pauvres et vulnérables, et à renforcer les aspects liés à la protection sociale, au développement des infrastructures de base dans les secteurs de l’éducation, la santé, l’accès à l’eau potable, etc.

Le montant du financement des deux projets par la Banque mondiale s’élève à 44 millions de dollars (soit 26,4 milliards de francs CFA), réparti comme suit : 29 millions de dollars pour le FSB (environ 17,4 milliards de francs), et 15 millions de dollars pour le projet EJV (environ 9 milliards de francs). Il est également attendu de la part de l’Etat, un financement additionnel de 1,750 milliard de francs par an dont un (01) milliard pour les cantines scolaires et 750 millions de francs pour les transferts monétaires.

L’ANADEB Agence nationale d’appui au développement à la base est chargée de l’exécution des deux projets qui s’étendent surla période 2018-2021.

Avec Union

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here