Accueil Actualité SCANTOGO : La vie animale reprend ses droits à la carrière restaurée...

SCANTOGO : La vie animale reprend ses droits à la carrière restaurée à Sika-kondji

249
0
Rat de Gambie (Cricetomys gambianus)

La protection et la gestion de la biodiversité à la zone de carrière de SCANTOGO (Sika-kondji, environ 80 km de Lomé) a le vent en poupe. Selon un rapport du suivi écologique de la carrière élaborée par le Laboratoire d’Ecologie et d’Ecotoxicologie de l’Université de Lomé dont notre rédaction a reçu copie on pourra dénombrer une vingtaine (20) d’espèces animales sur le site en restauration du cimentier allemand, avec une proportion importante d’oiseaux.

A ce jour, ce chiffre a augmenté lit-on dans le document. Car, plus la formation végétale du site restauré vieillit, plus elle attire davantage d’espèces animales. Si l’habitat est restauré et sécurisé, les espèces animales vont toujours le coloniser.

Elanion blanc posé sur les fils électriques devant la Cité de SCAN TOGO

En effet, ces données ont été compilées à la suite de trois (03) missions de terrain. Il s’agit de la pose, la vérification et le relevé des caméras traps. Des missions conduites sur le site de restauration de SCANTOGO dans le cadre d’un accord de partenariat entre le groupe Heidelbergcement (SCANTOGO et CIMBENIN) et le Laboratoire d’Ecologie et d’Ecotoxicologie (Faculté des Sciences de l’Université de Lomé). L’accord de partenariat entre ces deux institutions a été signé dans le cadre du projet d’« Appui à la gestion durable de la biodiversité de la Réserve de Biosphère Transfrontière du Mono (Togo/Bénin) ». Il a pour objectif de montrer la valeur de la carrière restaurée en termes de diversité faunique.

À Tabligbo , les graines d’iroko valorisées dans la pépinière de SCANTOGO

Selon les explications obtenues par Vert-Togo, les caméras traps ont été posées de façon aléatoire sur le site de restauration de SCANTOGO à une hauteur d’environ 50 cm du sol. Elles ont été testées la veille pour s’assurer qu’elles fonctionnent normalement avant d’être déployées sur le terrain. Une fois les sites de pose des caméras identifiés et les caméras installées, elles ont été laissées sur place en service pendant 72 jours.

Elles ont été vérifiées une seule fois pendant la période de l’étude. A la vérification, les données (notamment les photos) des caméras ont été copiées. Chaque photo contient les informations suivantes : la date et l’heure où elle a été prise. Les coordonnées GPS des emplacements et la date à laquelle les caméras ont été posées sont notées.

Aigrette des récifs et de Cormoran africain posés sur un baobab dans la carrière de SCAN TOGO

Afin de procéder à une vérification visuelle sur le terrain et observer les oiseaux et les reptiles de la carrière, le site a été prospecté en début de journée (entre 06 h et 12 h), le 24 juin et 04 juillet 2020. A l’aide des jumelles et du guide d’identification des oiseaux d’Afrique de l’Ouest, les équipes ont réussi à dresser une liste des espèces observées en vol, ou posées au sol ou sur un arbre. En ce qui concerne les reptiles, ils sont souvent discrets dans leurs habitats. La technique d’observation de ces animaux la plus simple consistait à retourner les feuilles mortes sur le site en préparation pour le reboisement.

Hector N.

 


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here