Togo : Fiodji-Ha, la liqueur à base de souchets qui fait des merveilles thérapeutiques

Amande de terre, noix tigrée, pois sucré, ou encore de son nom scientifique « cyperus esculentus », le souchet a le vent en poupe au Togo.

C’est certainement cette notoriété qui a inspiré la jeune Togolaise Clémence Ekoue-bla Ayélé Egnon à transformer ces petits tubercules succulents en une liqueur traditionnelle qu’elle commercialise sous la marque ‘’Fiodji-Ha’’. Et ce n’est pas les arguments qui manquent lorsqu’il s’agit de parler de ses bienfaits et vertus.

’’Fiodji-Ha’’, se présente comme une boisson alcoolisée crémeuse et épaisse déclinée en plus de 10 saveurs qui conviendront à tous les goûts. Selon la jeune promotrice, elle est une liqueur très efficace dans le traitement des troubles de l’érection, la baisse de libido. Aussi, non seulement, compte tenu de sa richesse en Oméga 9 ou acide oléique, elle constitue une boisson recommandée dans l’entretien de la santé cardio-vasculaire, elle permet aussi l’élimination du mauvais cholestérol (LDL), tout en facilitant la digestion.

Interrogée par Vert-Togo, la jeune femme, la trentaine, confie qu’elle a démarré son entreprise dénommée « LaClemence Groupe » en 2016 avec beaucoup de difficultés financières. Elle définit Fiodji-Ha comme « un mélange de produits naturels et de saveurs d’Afrique »

« Je produis mes liqueurs à base d’alcool de souchet sans additifs chimiques. Et cela n’a rien à voir avec certains alcools disponibles sur le marché qui ne font pas bon ménage avec la santé. Le souchet c’est un fruit très riche en fibres, c’est le pourquoi,  il facilite  la digestion », a-t-elle confié

Au plan commercial, ce sont en moyenne 100 à 120 bouteilles qui sont produites mensuellement et vendues dans sa boutique sise à la pharmacie Zogo à Togblekopé, un quartier situé à la périphérie nord de la ville de Lomé. Et selon dame Clémence, ce chiffre va crescendo surtout pendant la période des fêtes de fin d’année, avec plus de 500 bouteilles écoulées auprès d’une clientèle de tous les âges et de toutes nationalités. Des clients dont l’acte d’achat, dit-elle, « a pour dénominateur la curiosité et l’attachement à la consommation de liqueur togolaise. »

Vue partielle de la boutique

Côté difficultés, Fiodji-Ha en a eu son lot. Notamment celui des préjugés sur sa qualité. Mais cette étape est en train d’être passée. Car, l’entrepreneur estime avoir « brisé le préjugé selon lequel le Fiodji-Ha est un alcool de piètre qualité » à travers le goût naturel et la bonne odeur qu’il dégage. La liqueur est vendue à 3500 FCFA la bouteille. Le reste des prix des liqueurs varient selon la saveur.

De telles initiatives se développent de plus en plus au Togo. Ainsi, le Fiodji-Ha vient s’ajouter à la liste des liqueurs Togolaises revisitées qui va en s’allongeant.

Edem Kolani

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents