Togo : ces gaz à effet de serre plus néfastes que le CO2

Il y a de ces gaz à effet de serre qui ont un impact plus important sur le changement climatique que le dioxyde de carbone. C’est ce qu’a fait savoir Abiziou Tchninguilou, expert en changements climatiques lors d’une rencontre initiée par le COAWEB  avec l’appui du PNUD à l’endroit des journalistes sur l’environnement à Kpalimé.

Pourtant, non seulement ces gaz ne connaissent pas la réduction annoncée et espérée, mais ils connaissent inversement une augmentation de leurs concentrations. On cite entre autres : le méthane, le monoxyde d’azote, le trifluorométhane, les chlorofluorocarbures etc…

Au vu de cette situation, l’expert indique que les changements climatiques peuvent être freinés à condition que les gaz à effet de serre (GES), disparaissent progressivement de l’atmosphère terrestre. Pour ce faire, il faut réduire les émissions et ceci passe par nous tous togolais, a précisé M. Abiziou Tchninguilou. « Ce n’est pas une affaire de pays, c’est une affaire de tous. Les efforts, on les prend par pays. Les vrais efforts sont par personne. Les engagements doivent refléter dans la vie de tout un chacun. Tout togolais doit prendre conscience de sa contribution dans la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre. », soutient-il.

Le compostage pourrait réduire notre planète ?

Et de poursuivre, « le phénomène des GES n’est pas né avec la terre. Avant la période industrielle, il n’y avait pas de problème. Normalement si on est raisonné dans notre consommation de tous les jours, on limiterait les émissions. »

Il faut noter que le Gouvernement Togolais, dans les Contributions déterminés au niveau national actuel a déjà pris des engagements importants qui prévoient une réduction des émissions des gaz à effet de serre de 31,14 % à l’horizon 2030 y compris une réduction volontaire de l’ordre de 11%.

Lutte contre la pollution des océans: Le Togo parmi les 20 pays africains pionniers

Les secteurs identifiés pour réaliser ces objectifs de réduction de GES, sont des secteurs-clés de l’économie togolaise, à savoir l’Énergie (15%), l’Agriculture (21%) ainsi que la Foresterie et autres utilisations des terres (64%). Il s’agit des secteurs les plus vulnérables où les besoins d’adaptation sont nécessaires.

Edem K

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents