Accueil Actualité Les prix à la consommation connaissent  une baisse en mars 2019

Les prix à la consommation connaissent  une baisse en mars 2019

91
0
En mars 2019, le niveau général des prix à la consommation a connu une baisse de 0,1% consécutive à celle de 0,4% observée le mois précédent. Nous rapporte l’hebdomadaire togolais ‘’le medium ‘’
A en croire,  l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques et Démographiques (INSEED) , cette baisse est essentiellement due à la diminution des prix de la fonction de consommation “Produits alimentaires et boissons non alcoolisées” (-0,5%), suivie des fonctions de consommation “Restaurants et Hôtels” (-0,1%), “Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles” (-0,1%), ” Biens et services divers ” (-0,2%), “Boissons alcoolisées, Tabac et stupéfiants” (-0,8%) et ” Communication ” (-0,1%). A l’opposé, les prix de la fonction de consommation “Transports ” (+0,4%)1 , “Articles d’habillement et chaussures” (+0,4%) et ” Santé ” (0,6%) ont enregistré une hausse.

LIRE AUSSI: BAD / Sécurité alimentaire : Un atelier sur le Compact Sorgho et Mil ouvert ce  23 avril au sénégal

Les plus fortes hausses S’agissant des produits ayant enregistré une hausse, on a : ” Patate douce fraîche ” (+27,8%) ; ” Banane plantain mûre “(+23,2%) ;” Igname ” (+11,2%) ; ” Manioc frais (Agbéli) ” (+6,7%) ; ” Sardinelles fumées (Adiadoè) ” (+11,3%) ; ” Doèvi fumé ( Anchois ) ” (+7,2%) ; ” Doèvi séché ( Anchois ) ” (+5,9%) ; ” Carpe frite à l’huile rouge ” (+5,8%) ; ” Poisson salé fermenté (Lanhoinhoin) ” (+1,6%) ; ” Akpala fumé (Chinchard) ” (+1,4%) ; ” Saloumon fumé ” (+1,2%) ; ” Manvi fumé (Hareng) ” (+1,2%) ; ” Citrons ” (+23,2%) ; ” Oranges locales ” (+3,5%) ; ” Haricots rouges secs ” (+7,0%) ; ” Haricots blancs secs ” (+4,1%) ; ” Arachide décortiquée crue ” (+2,1%) ; ” Tôle ondulée “(+3,8% ); ” Robe fillette ” (+4,1%) ; ” Essence “SUPER” dans les stations-services administrés ” (+1,3%) ; ” Gas-oil ordinaire dans les stations-services administrés ” (+1 ,3%) ; ” Essence super de rue ” (+1,0%) ; ” Mélange 2 temps ” (+0,9%) ; ” Essence mélange de rue ” (+0,7%) ; “Piment vert (Gboyébessé)” (+27,8%) ; ” Piment rouge frais ” (+9,9%) ; ” Gingembre frais ” (+7,6%) ; ” Betterave ” (+15,3%) ; ” Piment rouge sec ” (+3,2%) ; ” (+14,6%) ; ” Carottes ” (+6,7%) ; ” Herbe Zangara pour paludisme ” (+6,5%) ; ” Avocat ” (+5,6%) ; ” Consultation d’un médecin généraliste ” (+ 4,6%) ; ” Sorgho en gains crus vendu au petit bol ” (+4,4%) ; ” Viande de bœuf grillée (Tchitchinga) ” (+3,6%) ; ” Poulet congelé importé ” (+3,1%) ; ” Cola fraîche ” (+2,5%) ; ” Pain sucré artisanal sucré ” (+1,5%) ; ” Oeuf frais de poule de race ” (+1,5%) ; ” Charbon de bois ” (+0,6%) ; ” Transport inter-urbain en minibus, Lomé-Sokodé ” (+0,1%) ; ” Taximoto zémidjan ” (+0,1%) ; ” Tomates rondes (Pomme) ” (+0,2%) et ” Huile de palme traditionnelle (Zomi) ” (+0,6%). Calculé hors produits alimentaires, le niveau général des prix a connu une hausse de 0,1% au niveau national.
L’inflation sous-jacente (variation mensuelle de l’indice ”hors énergie, hors produits frais”) s’est presque stabilisée. Le niveau des prix des produits frais a enregistré une baisse de 0,7%. Au regard de la provenance, l’on a noté une baisse de 0,2% des prix des produits locaux. Du point de vue de la classification sectorielle et en terme de contribution, cette baisse est due à la diminution respective des prix des produits des secteurs secondaire (- 0,2%), tertiaire (-0,2%) et primaire (-0,2%).
Pour ce qui est de la durabilité, la baisse observée provient essentiellement de celle des prix des produits non durables (-0,3%) et des services (-0,2%).
Évolution trimestrielle Le niveau des prix du mois de mars 2019, comparé à celui du mois de décembre 2018 (évolution trimestrielle) a connu une hausse de 0,2% essentiellement sous l’effet de la progression des prix des produits de la fonction de consommation ” Transports ” (+0,7%) ; “Meubles, articles de ménage et entretien courant du foyer” (+1,7%) ; ” Articles d’habillement et chaussures ” (+0,5%) ; ” Santé ” (+1,3%) ; “Produits alimentaires et boissons non alcoolisées” (+0,1%) et ” Communication ” (+0,1%). En ce qui concerne les nomenclatures secondaires et par rapport à l’état des produits, cette hausse est à mettre à l’actif des prix des produits frais (+2,0%) et de l’Énergie (+0,8%).
Au regard de la provenance, cette variation trimestrielle s’explique essentiellement par la hausse des prix des produits locaux (+0,6%). Quant à la durabilité, la hausse est marquée respectivement par les prix des produits non durables (+0,4%), des produits durables (+0,6%) ; des services (+0,3%) et des produits semi durables (+0,5%).
Pour ce qui est des secteurs de production, on note que les prix des produits des secteurs primaire (+2,9%) et tertiaire (+0,3%) ont enregistré une hausse. Glissement annuel Par rapport à mars 2018, le niveau général des prix a connu une progression de 2,0% due principalement aux fonctions de consommation “Produits alimentaires et boissons non alcoolisées” (+2,6%) ; “Transports” (+4,7%) ; “Restaurants et Hôtels” (+2,0%) suivies des fonctions de consommation ” Santé ” (+6,6%) ; ” Meubles, articles de ménage et entretien courant du foyer ” (+3,3%) ; ” Communication ” (+1,2%) “Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles” (+0,6%) et ” Biens et services divers ” (+0,3%). A l’opposé, les prix des fonctions de consommation “Articles d’habillement et chaussures” (-1,1%) et “Tabac et stupéfiants” (-1,1%) ont enregistré une régression.
Quant aux nomenclatures secondaires et par rapport à l’état des produits cette hausse est déterminée par les produits frais (+4,0%) et les produits de l’énergie (+4,4%). Au regard de la provenance, cette évolution annuelle s’explique par la hausse des prix des produits locaux (+2,4%) et des produits importés (+1,1%). Quant à la durabilité, ce sont les prix des produits non durables (+2,5%), des produits durables (+2,9%) et des services (+1,6%) qui ont influencé la hausse du niveau général des prix au niveau national. Pour ce qui est des secteurs de production, la progression du niveau général découle de l’augmentation des prix des produits des secteurs secondaire (+1,8%) ; primaire (+4,5%) et tertiaire (+1,6%). Le taux d’inflation calculé sur la base des indices moyens des douze derniers mois au niveau national, s’est établi à 1,4% contre 1,2% en février 2019. En décembre 2016, ce taux d’inflation calculé à partir des indices base 2008 était de de 0,3% dans la zone uemoa.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here