Accueil Actualité Les écouteurs causent une déficience auditive invalidante à 43 millions...

Les écouteurs causent une déficience auditive invalidante à 43 millions de personnes

232
0

« Les smartphones, premier support des jeunes pour écouter de la musique, vont impacter la santé auditive des prochaines générations ». Telle est la conclusion interpellative d’une enquête publiée en France le 9 mars 2017 à l’occasion de la journée nationale de l’audition (JNA).

A ce propos, SciDev.Net a pris attache avec Doriane Moukoko, Chirurgienne d’ORL et responsable du Cabinet médical Océane à Dakar (Sénégal), spécialisé dans l’oto-rhino-laryngologie (ORL). « Les problèmes auditifs liés aux casques et aux écouteurs représentent environ 10% de nos consultations », confie-t-elle.

Shelly Chadha du département de Prévention de la cécité et de la surdité à l’OMS  affirme  : « Normalement, nous pouvons écouter à un niveau sonore de 85 décibels pendant 8 heures, mais lorsque le volume augmente, le temps d’écoute diminue et nous ne pouvons écouter à un niveau de 100 décibels que pendant 15 minutes par jour ».

LIRE AUSSI: Togo : la filière cotonnière ambitionne de produire 200.000 tonnes de coton-graine à l’horizon 2022

Sauf que les téléphones, les casques et les écouteurs ne sont pas souvent équipés d’appareils de mesure de l’intensité du son.

Doriane Moukoko apporte une réponse à cette réserve : « Nous sommes dotés de l’ouïe et nous savons quand le volume est exagéré, et votre entourage aussi peut vous interpeller. Mais, quelque chose de très simple à savoir, c’est que lorsque vous avez vos écouteurs dans les oreilles et que vos voisins peuvent entendre le son qu’ils émettent, c’est que le volume est trop fort.»

Elle en profite pour rappeler les risques sanitaires auxquels s’exposent les personnes qui utilisent fréquemment les casques et les oreillettes à un volume élevé.

« Les différentes maladies sont en général des otites et des pertes auditives. Les otites sont beaucoup plus fréquentes, surtout avec les écouteurs parce que ceux-ci entrainent une irritation locale », dit-elle.

Et de préciser  « lorsqu’on écoute la musique à un volume exagéré, ça peut entraîner une destruction des cellules auditives. Cette destruction est d’ailleurs irréversible ».

A l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’on suit avec attention la montée de ce fléau qui présente des chiffres inquiétants. A tel point qu’un programme lui est entièrement consacré : « make listening safe » (rendre l’écoute sûre).

L’organisation indique en effet que 43 millions de personnes âgées entre 12 et 35 ans vivent avec une déficience auditive invalidante. Tandis que quelque 50% des personnes de cette même tranche d’âge écoutent la musique à un volume inapproprié avec leurs différents appareils. Et que près de 40% d’entre elles sont exposées à des niveaux de sons dommageables dans les bars, les boîtes de nuit ou à des événements sportifs.

Occasion pour Doriane Moukoko d’hiérarchiser la dangerosité du problème en fonction de l’outil utilisé : « En écoutant de la musique pendant plus d’une heure par jour avec les casques ou avec les écouteurs, il faut attendre plusieurs jours, voire plusieurs années, pour qu’apparaissent les problèmes. Alors que si vous écoutez de la musique très fort sur des baffles, comme dans une boîte de nuit par exemple, dès le lendemain, vous pouvez avoir une destruction des cellules auditives. Donc, ça a un effet immédiat et c’est beaucoup plus dangereux ».

La rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here