Accueil Actualité ACRAM : Le  café robusta encore  promu devant les pays ACP 

ACRAM : Le  café robusta encore  promu devant les pays ACP 

216
0

L’Agence des Cafés Robusta d’Afrique et de Madagascar (ACRAM), présidée par le Togolais Enselme Gouthon), en partenariat avec le Centre du Commerce International (CCI), a animé un panel au sommet des affaires, en marge du 9ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays ACP, tenu au Kenya International Conference Center à Nairobi au Kenya du 6 au 10 décembre 2019. Apprend-on de l’Union

Co-modéré par l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) et le CCI, ce panel a eu pour thème «Production et alliances commerciales inclusives pour le développement des chaînes de valeur agricole dans les pays ACP». A la fin des discussions, les panelistes ont recommandé aux chefs d’Etat et de gouvernement des pays ACP d’appuyer les industriels du café dans leurs efforts pour s’engager dans la production et les alliances commerciales avec les petits agriculteurs.

 De même, les réussites dans la production et les alliances commerciales et les modèles d’affaires coopératives devraient être revues et améliorées en vue de régler les problèmes de production concurrentiels.

Au sommet des affaires ACP de Nairobi, le café robusta a été encore promu. L’ACRAM et le CC ayant animé un stand qui a servi de dégustation et mis en valeur les cafés produits par les membres de l’ACRAM, l’Ethiopie, le Honduras et le Pérou.

Et ce, dans la dynamique de «Alliances for Action», qui est une approche de partenariat développée par le CCI et basée sur un système de marché pour la compétitivité des PME et de la chaîne de valeur. Son objectif est d’améliorer la participation durable aux chaînes de valeur mondiales, tout en soutenant l’impact à grande échelle pour la réalisation des Objectifs de développement durable. C’est un exemple de l’engagement du CCI en partenariat avec le secteur privé. L’initiative «Alliances for Action» est donc  multipartite et rassemble des acteurs privés et publics dans le but de promouvoir la compétitivité et la diversification des risques de revenu pour les petits exploitants agricoles et les petites et moyennes entreprises (PME).

Face à la faiblesse des prix du café qui se traduit par de maigres revenus pour les caféiculteurs, l’ACRAM ne se lasse de multiplier les initiatives pour sauver le producteur. «Il s’avère important de rechercher les véritables causes de ce phénomène devenu structurel et qui constitue une véritable menace pour la caféiculture et l’industrie caféière mondiale», a récemment lancé M. Gouthon

Avec l’Union

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here