Travaux d’équipement et de raccordement du Forage d’Apédékoè : 250 000 habitants auront accès à de l’eau potable

Au dernier Conseil des ministres, le Gouvernement a examiné et adopté un projet de décret déclarant d’utilité publique et autorisant les travaux d’équipement et de raccordement du forage de 40m3 par heure sis à Apédokoe au nouveau château d’eau de 1300m3 en construction à Sagbado.

Le forage d’Apédokoè, d’un débit de 960 m3 par jour, est pris en compte dans le dimensionnement du château d’eau de Sagbado pour permettre l’accès au service public d’eau potable des populations du Grand Lomé en général et, en particulier, celui des populations de ladite localité et ses environs.

Ce projet d’amélioration de l’alimentation en eau potable de Lomé qui s’inscrit dans la feuille de route gouvernementale permettra à 250.000 habitants de Sagbado et ses environs d’avoir accès à l’eau potable et d’améliorer les performances techniques et opérationnelles de la société togolaise des eaux (TdE) en matière d’exploitation du service public d’eau potable, fait savoir le Gouvernement dont l’ambition est d’atteindre un taux de 100% de desserte en eau potable en 2050.

Le GRET amorce l’opérationnalisation d’une GIRE du bassin versant du Lac Togo

 « Aujourd’hui, on a une structure de forage existante que l’on souhaite raccorder à un château d’eau. Ce donc des efforts qui sont déployés désormais pour rendre plus accessible l’eau potable à nos concitoyens. Un forage implique le déplacement des populations vers le point d’eau. Mais son raccordement à un château d’eau va entrainer la distribution vers les citoyens. C’est cet effort que le Gouvernement essaye de faire pour renforcer les châteaux d’eau existant et en construire également de nouveaux pour faire en sorte que nos populations puissent avoir de l’eau potable », explique Akoda Ayéwouadan, le porte-parole du Gouvernement.

C’est une réponse face à la croissance de la population du Grand Lomé, avec plus de 1,8 million d’habitants répartis dans 13 communes selon le gouvernement en 2021.

Les objectifs gouvernementaux à mi-chemin sont de l’ordre de 85% taux de desserte nationale en 2025. Selon Akoda Ayéwouadan, ce projet est un élément d’un vaste projet d’accessibilité à l’eau potable, non seulement pour le Grand Lomé, mais c’est un projet qui s’inscrit sur toute l’étendue du territoire nationale. « Le  projet PASSCO est à dans sa 3è phase actuellement et vise à doter les localités des savanes et de la Kara de points d’eau, de forage, de mini adduction d’eau. On a aujourd’hui, dans notre pays, un vaste projet qui permet d’ores et déjà d’avoir un accès à l’eau potable à près de 70% », dit-il.

Assainissement et Hygiène : Seul le quart des pays est sur la bonne voie

En lien avec la feuille de route gouvernementale 2020-2025, l’Etat fait donc des investissements conséquents dans le secteur. En 2022, les 23 milliards de F CFA consacrés au secteur de l’eau dans le la loi de finance ont permis d’installer plus de 300 pompes hydrauliques, réaliser 400 forages dans les régions de la Kara et des Savanes.

Plus de 60 milliards sont prévus pour l’année 2023. Le gouvernement vient de doter le ministère de l’Eau et de l’Hydraulique Villageoise de cinq foreuses flambant neuf qui seront dispatchés dans les 5 régions du pays. « 417 postes d’eau autonomes seront construits en 2023 dans les régions Maritime, Plateaux, Centrale et Kara grâce à ces foreuses », fait-on savoir au ministère de l’hydraulique villageoise.

De nouvelles foreuses

L’infrastructure vient s’ajouter aux nombreux projets mis en œuvre pour soulager la population et lui permettre de disposer d’une eau propre pour la consommation.

1 camion

Le gouvernement a d’ailleurs doté récemment le ministère de l’Eau et de l’hydraulique villageoise de 5 nouvelles foreuses « ultra sophistiquées » pour faciliter la réalisation des forages sur toute l’étendue du territoire. Elles permettront surtout d’accroître le taux de desserte en eau potable en milieu rural.

En rappel, à la dernière table ronde organisée par le Gouvernement en Décembre 2022, les partenaires techniques et financiers du Togo ont promis d’accompagner le Togo dans quête de l’eau potable pour sa population. C’est ainsi la Banque Mondiale s’est engagée à hauteur de 100 millions de dollars, et l’Agence française de développement (AFD) à hauteur de 40 millions d’euros et une subvention de 10 millions d’Euros. La Banque Ouest africaine de développement (BOAD) s’est également engagée à hauteur de 80 millions de dollars pour accompagner les projets d’investissements.

L’Union Européenne promet mobiliser 21 millions d’euros pour une garantie qui permettra de soutenir une institution qui interviendrait au nord du pays. Les investissements sont chiffrés à 270 milliards de francs CFA d’ici 2025, 600 milliards à l’horizon 2030 et 1 433 milliards d’ici 2050.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents