Togo/ COVID-19 : ‘ Promouvoir l’entrepreneuriat de recherche’, voici ce que préconise Adamas Koudou

Il nous souvient qu’ afin de trouver une formule efficace contre la pandémie du Coronavirus, l’Université de Lomé a choisi une alliance avec la médecine traditionnelle pour proposer un remède.

Un appel à contribution a été d’ailleurs lancé à l’endroit des praticiens qui officient dans ce domaine. Cette thérapie quand bien même rejetée en bloc par l’opinion internationale est partagée par des entrepreneurs togolais dont le promoteur du thé kinkeliba, Adamas Koudou.

L’entrepreneur togolais dans l’agroalimentaire et la parapharmacie visité mardi par la plateforme des journalistes pour la promotion de la consommation locale « Bouge avec le 228 ». Ce dernier a indiqué que l’État doit mettre en place un fonds d’aide à l’entrepreneuriat de recherche face à cette pandémie.

Le fonds en question, défend-il, permettra aux entrepreneurs qui sont pour le moment tournés exclusivement vers la production et la transformation des produits locaux, de se lancer dans un entrepreneuriat de solution.

« Nous savons d’une manière empirique que le Kinkeliba peut guérir le Coronavirus, mais nous n’avons pas les éléments qui peuvent le prouver scientifiquement. C’est ainsi que l’entrepreneuriat de recherche permettra aux jeunes qui ont des idées, d’être identifiés et connus pour leurs innovations afin d’être accompagnés sur le plan technique ou technologique. Par exemple pour aller en laboratoire, fabriquer une molécule et séparer le principe actif.» , explique t-il.

Et d’ajouter « La recherche permet donc d’aller au-delà de l’empirisme. Elle permet par exemple d’aller de l’agroalimentaire vers quelque chose de plus développé. Nous avons du potentiel. Avant le FAIEJ, il n’y avait pas de thé produit au Togo. Aujourd’hui il y a du thé et bien d’autres produits. Ce qui veut dire que les jeunes sont capables. Il suffit que l’État les accompagne pour trouver des solutions adaptées. Par exemple si aujourd’hui le Bénin et le Madagascar sont en train de proposer des solutions, cela veut dire que le Togo aussi peut proposer des solutions. S’il faut faire des essais cliniques sur les rats pour voir l’efficacité ou pendant combien de jours le Kinkéliba traite le plasmodium, il faut un peu de moyens, car cela revient très cher. L’État peut nous mettre en lien avec les autres acteurs pour des recherches poussées. C’est ce que j’appelle le fonds de promotion de l’entrepreneuriat de recherche » , justifie t-il.

LIRE AUSSI: Au 53ème Jeudi J’ose du FAIEJ, Adamas Koudou apprend aux jeunes entrepreneurs à transformer leurs difficultés en opportunités d’affaires

Le promoteur du thé kinkeliba, Adamas Koudou (photo), qui ambitionne de voir son produit dans toutes les tasses au Togo, vient de déployer son projet dénommé «1000 cafétérias Thé kinkéliba». Ce, même s’il n’est parvenu à mobiliser qu’une partie des ressources nécessaires.

Il faut noter que l’année dernière l’entrepreneur togolais a lancé son projet de 1000 cafétérias au Togo pour faire la promotion de la consommation du thé de Kinkeliba.

Le projet à amener les Togolais à adopter le thé kinkéliba . Ceci passant par une automatisation du processus de conditionnement, et la baisse des coûts de production. Avec pour objectif ultime, une réduction significative du prix unitaire du sachet de thé.

La consommation en masse de ce produit aux multiples vertus thérapeutiques, vantées par les spécialistes, devrait, espère-t-il, entraîner la limitation de la « consommation des produits importés ».
De fait, le thé kinkeliba qui, souligne son promoteur, a plusieurs vertus thérapeutiques comme le renforcement du foie, du cœur et des reins a été énormément vendu en cette période de crise sanitaire.

Edem K.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents