Prédiabète : surveiller sa glycémie à jeun

Le prédiabète, c’est une glycémie supérieure aux normales, mais pas suffisamment pour que le diagnostic du diabète soit formellement posé. Elle fait l’objet d’une surveillance accrue dont la glycémie à jeun constitue le principal outil.

Le prédiabète, qu’est-ce que c’est ?

Le prédiabète est une terminologie médicale relativement récente qui se définit comme étant une sorte d’état intermédiaire avant le diabète de type 2. Ce qui est intéressant avec cette phase spécifique, c’est qu’elle ne constitue pas encore une véritable pathologie, mais plutôt une prédisposition sur laquelle il est possible d’agir efficacement pour éviter de s’orienter vers l’hyperglycémie chronique. Selon les estimations, il faut entre 5 et 10 ans pour qu’un prédiabète ne se cristallise pas en diabète. D’où l’importance de le détecter rapidement.

Le prédiabète, un outil de prévention efficace ?

Il suffit d’une simple prise de sang pour diagnostiquer un prédiabète. Tout comme pour le diabète, l’analyse d’un échantillon sanguin permet d’obtenir le taux de glycémie à jeun d’une personne.

Le prédiabète sera confirmé lorsque la concentration de sucre dans le sang est comprise entre 1,05 et 1,26 g/l, et ce, à deux reprises minimum (une semaine d’intervalle). Lorsqu’il est avéré, le prédiabète doit faire l’objet d’une prise en charge hygiénico-diététique s’articulant autour de plusieurs axes : une alimentation variée et équilibrée, une activité physique régulière et une surveillance médicale accrue.

William O.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents