L’UPF, session TOGO contribue à la sauvegarde de l’ Afzelia Africana, une espèce d’arbre menacée de disparition

Les Journalistes de l’Union Internationale de la Presse Francophone (UPF) session TOGO ont mis en terre ce samedi 1er Juin 2019 dans l’enceinte de l’Université de Lomé trois types d’espèces d’arbres , des essences végétales notamment le Khaya senegalensis , le Terminalia, et l’ Afzelia africana , cette dernière menacée d’extinction.

À en croire l’expert du Département de Botanique et Écologie Végétale de l’Université de Lomé, le professeur Kperkouma wala , les journalistes en reboisant ces trois types d’essences ne luttent pas seulement contre les réchauffements climatiques mais contribuent conjointement à la sauvegarde de l’une des espèces des arbres qui est mondialement reconnu de disparition.

« Nous avons proposé au président de l’Union Internationale des Journalistes de la Presse Francophone (UPF) session TOGO de faire le reboisement à base des essences locales notamment le Kaya sénégalensis, qui est un très bon bois qui donne assez d’ombrages et qui est également medecinale, du terminalia une autre espèce forestière de bois d’œuvre, et enfin de l’ Afzelia africana une espèce menacée d’extinction mondialement. » a-t-il confié.

LIRE AUSSI: Au Togo, sur 16 000 hectares de forêts détruits seulement, 1 000 hectares sont reboisés chaque année

Loïc Lawson, le Président de l’UPF Session TOGO plantant un arbuste

Loïc Lawson, le président de l’organisation internationale des journalistes session TOGO a exprimé sa satisfaction suite à la réussite de cet évènement qui a eu pour objectif de faire planter des arbres par tous les journalistes togolais de toutes les associations afin de lutter contre les changements climatiques.

« Aujourd’hui nous avons eu a planté trois (3) types d’espèces le khaya, le terminalia et l’afzélia . Le journaliste n’est pas seulement appelé à écrire sur le changement climatique  mais il doit également le prouver activement sur le terrain et c’est ce que nous avons démontré ce matin en nous mobilisant massivement tous sans exception aucune mettant loin de nous les divisions. Le journaliste n’est pas seulement appelé à écrire sur le changement climatique mais il doit également le prouver activement sur le terrain et c’est ce que nous avons démontré ce matin en nous mobilisant massivement tous sans exception aucune mettant loin de nous les divisions. »

Par ailleurs, cet acte, posé par les journalistes togolais, s’inscrit également dans le cadre de la journée instaurée au Togo depuis le 1er Juin 1977.  Une journée au cours  de laquelle les Togolais plantent des arbres pour symboliser le reboisement, la lutte contre la désertification, la protection de la faune, de la flore et le développement durable.

kofi Meser

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents