Accueil Actualité L’ANADEB vers un mécanisme de gestion des plaintes pour les projets...

L’ANADEB vers un mécanisme de gestion des plaintes pour les projets FSB et EJV

222
0
vue partielle des participants

L’Agence Nationale d’Appui au Développement à la Base (ANADEB) tient depuis  ce mercredi matin à Lomé un atelier sur le mécanisme de gestion des plaintes (MGP) des Projets Filets Sociaux et Services de Base (FSB) et Opportunités d’Emploi pour les Jeunes Vulnérables (EJV)

Cette rencontre qui réunit  les acteurs de l’Agence qui œuvre pour la réduction de la pauvreté au Togo s’inscrit dans le  contexte de bonne gouvernance,  prévue dans la mise en œuvre des projets de filets sociaux et  services de base (FSB) et d’opportunités d’emploi pour les jeunes vulnérables (EJV) tous deux financés par la Banque mondiale, un dispositif de gestion des griefs et plaintes.

Vue partielle de la table d’honneur

La bonne gouvernance dans le système de gestion d’un projet suppose également que l’opportunité soit donnée aux gens de pouvoir se prononcer et donner leurs avis sur la manière dont le projet est géré. Il peut s’agir également de plaintes à formuler liées à la gestion du projet.

À en croire, les  chargés  des deux projets  à  l’ANADEB notamment le FSB et l’EJV, le traitement de toute plainte doit respecter les valeurs telles que l’équité, l’objectivité, la  simplicité, l’accessibilité, l’efficacité, la rapidité, la proportionnalité,  la participation et l’inclusion sociale.

LIRE AUSSI: Des Togolaises outillées sur l’entrepreneuriat solaire

« Celui qui parle de développement, parle de la bonne gouvernance. C’est donné l’opportunité aux populations  de faire part de  leurs opinions sur la gestion des projets dans leurs communautés  afin que des choses soient améliorés au niveau des porteurs de projets.  Et cet atelier  a pour but d’amener toutes les parties prenantes à une gestion efficiente et efficace des ressources qui font partie intégrante du développement de notre pays. » A lancé Kokou KOUMAH, Coordonnateur opérationnel délégué FSB.

Et d’ajouter «  Tous les acteurs qui se sentent  concerner  dans la mise d’un projet peuvent porter plainte. Par exemple les bénéficiaires des ouvrages dans des communautés peuvent porter plainte s’ils se rendent compte qu’il y a une  mauvaise gestion des ressources dans l’un  des projets. »

Afin de faciliter la remontée des avis des plaintes et des suggestions aux projets ainsi la bonne gouvernance et la transparence dans la gestion des fonds, au sortir de l’atelier il  sera mis  en place un mécanisme  qui permettra  d’informer le public, de donner la  possibilité aux   communautés d’émettre des plaintes et d’amener la structure de gestion des projets à prendre en compte et à gérer ces plaintes.

De fait, plusieurs catégories de plaintes peuvent surgir dans la mise en œuvre des composantes et sous-composantes des deux projets. Dans le cas du projet FSB, les plaintes suivantes peuvent être émises selon les composantes et sous-composantes.

Pour les microprojets d’Infrastructures de la composante 1, il peut s’agir notamment de l’utilisation inappropriée des ressources du projet, de la faible mobilisation communautaire, du détournement du financement de son objet, de perte de biens (terres, cultures, etc…)

Concernant le cas spécifique des repas scolaires, les plaintes peuvent concerner :  l’Imposition d’une ou de plusieurs mamans-cantines par un membre influent de la communauté,  l’interférence ou la gestion des fonds des mamans-cantines par le Comité de Parents d’Elèves (CPE) ou le Directeur d’école,  le désaccord de la population sur la quantité et la qualité des repas servis, le désaccord des femmes sur la facturation du nombre de repas servis,  la connivence entre k CPE et le Directeur pour surestimer le nombre de repas servis.

Parfois certaines 0NG sont au centre des pratiques collusoires. S’agissant des transferts monétaires, les plaintes peuvent être relatives , au retard dans le paiement, à l’inclusion de ménages non éligibles, au double éligibilité non reconnue,  aux ménages estimant être éligibles, mais non inclus dans la liste dc bénéficiaires, au détournement des fonds ou de non jouissance des ressources transférées par l’ensemble des membres du ménage.

Dans le cas du projet d’opportunités d’emploi pour les jeunes vulnérables, les plaintes peuvent surgir dans la mise en œuvre des microprojets le détournement de l’objet du financement ; ressources du projet, ii) équipements, retard de paiement, etc.

Il faut préciser que l’information et la sensibilisation du public est un élément capital dans la promotion de la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption. Des pratiques telles que l’utilisation des radios locales pour amplifier les informations au public seront utilisées afin de permettre à toute personne qui le désire de dénoncer toute déviation constatée.

Kofi Meser

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here