Accueil Actualité Grand dossier : les jeunes Togolais de plus en plus accros à la...

Grand dossier : les jeunes Togolais de plus en plus accros à la masturbation

3067
0

La masturbation, la pratique qui consiste à provoquer le plaisir sexuel par l’attouchement des parties génitales, se faisait à l’âge de 14ans par bon nombre de garçonnets. A cet âge plus précisément, ces garçons curieux de découvrir ce que c’est que la sexualité, testait leur engin et explorait leur corps. Mais aujourd’hui cette pratique a pris des proportions grandioses chez nous au Togo touchant la majorité de la frange juvénile et plus encore des couples mariés vivant sous le même toit. Tout ceci donne matière à réfléchir. Qu’est ce qui pousse les jeunes togolais à s’adonner à cette pratique sexuelle  qui présente des répercussions néfastes ?

De l’adolescence en passant par la puberté pour aboutir à la phase d’un adulte, les jeunes ont milles et une raison pour justifier leur sensibilité d’écorché vif à la dite pratique.

Les raisons qui poussent les jeunes togolais varient selon nos discussions avec ces derniers, d’une personne à une autre. L’une de ces raisons banale qu’elle puisse paraitre est le faite de ressentir le vouloir de se détendre. Ils évoquent le fait d’avoir passé une journée trop stressante, parce que le sommeil tarde à venir ou encore quand leurs relations amoureuses peinent à se stabiliser.

« Ma gorge demeure serrée quand l’envie me prend, c’est mauvais signe mais une fois que je reviens du boulot, qu’immédiatement je rentre dans la douche pour prendre mon bain, je me branle plus de trois fois et je me sens mieux. » Confie Barnabo Atsou , un étudiant la vingtaine à l’université de Lomé.

« Je regarde de tout côté soupçonneusement, peut être quelqu’un serait là tapi quelque part ? Devant un poteau, on ne sait jamais…apparemment satisfait par cette brève et rapide inspection, je fourrai ma main dans mon slip et me senti mieux 30minutes après. »  Raconte Richard Mazalou.

Une bande de jeunes étudiants que nous avons rencontrés dans le quartier de totsi gblinkomé dans la capitale Togolaise nous aurait confirmé que la masturbation est une sorte de sexualité parallèle en plus de celle qu’ils ont avec leur compagne. Une façon d’arriver vite au plaisir, de la manière qu’ils connaissent le mieux, sans avoir à s’occuper de l’autre sans objectif de performance. « Vous savez quoi les filles ? Vous devriez essayer. Peut être est ce la meilleure façon de les comprendre finalement non ? » Lance d’un ton moqueur, l’un d’entre eux dans la bande, le visage émacié et aux joues creuses à des filles de passage sur la rue d’à coté de nous.
« Je m’étais levé tandis que ma femme dormait encore, sur la pointe des pieds je sortis pour aller dans un coin de notre maison et c’est là que je vidai toute mon envie de me branler. C’est son cri m’appelant qui me donna un frisson de froid qui m’a fait envoyé en dache le reste de ma jouissance. » laisse entendre Arthur Kouevidjin épouse kouevidjin elise.

D’après une enquête effectuée par l’écrivain et sexologue français Phillipe brenot les garçons n’en ont jamais assez. On apprend qu’ils sont 63% à trouver que la fréquence de leurs rapports sexuelsn’est pas satisfaisante.

Les jeunes filles togolaises non plus, n’échappe pas à la règle se livrant à cœur joie à l’onanisme même si elles le considèrent comme un acte honteux. « Quand je masturbe ca m’apaise certaines douleurs comme mes maux de tète » confie da Kafui afiwa , une veuve dans la quarantaine.

Certaines s’en vont plus loin en évoquant les vertus thérapeutiques de la pratique dont elles sont devenues accro. La masturbation féminine peut palier la lubrification naturelle et stimuler le clitoris.

« La masturbation est un excellent moyen de diminuer le stress. Il et prouvé que les relations sexuelles et la masturbation peuvent ralentir le rythme cardiaque au repos pendant 12heures. En plus, c’est infiniment bénéfique pour la vie sexuelle de découvrir notre bonne fréquence. » Explique Emilie Toussa étudiante en Médecine à l’Université de Lomé.

Les désastres de la masturbation

Se masturber quand on à 14ans c’est tout a fait normal et même à maintes reprises. A cet âge, on découvre, notre sexualité, on teste notre engin, rien de grave mais si vous avez plus de 22ans et que vous continuez à vous masturber sous la douche ou dans n’importe quel coin de votre maison en fantasmant sur votre voisine a lors là permettez moi de vous dire qu’il y a un truc qui cloche chez vous. Explique Docteur Toussa Directrice de l’ATBEF.

Elle ajoute la masturbation peut détruire radicalement votre vie et je suis sérieuse. Lorsque vous vous branlez régulièrement vous risquerez de devenir accro. Et malheureusement, cela finit par se traduire en un besoin quotidien.

D’autres professionnelles de la spiritualité ont affirmé que le faite de se masturber peut rendre une personne fainéante. Si vous vous masturbez quotidiennement vous allez adopter cette vie quotidienne tout comme le faite de boire de l’eau, de manger du pain, d’aller au travail, à l’école etc.

Et vous allez par conséquent devenir une personne fainéante moue et complètement désertée.

De tout ce qui précède-t-il en ressort que la masturbation est une pratique difficile à cerner de part ses avantages et désavantages aussi serait –il important que nos jeunes sœurs et frères puisse faire appel à leur libre arbitre et à leur foi en vue de savoir comment parvenir à se débarrasser des disgrâces de l’onanisme.

Hector Nammangue

 

 

 

 

 


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here