Des dangers encore méconnus des matériels industriels

Il y a assez de dangers méconnus dans l’usage des matériels industriels. C’est le cas par exemple des fibres de carbone qui créent des risques comparables à ceux de l’amiante lorsqu’elles sont usinées dans l’automobile, l’aéronautique, le génie civil, l’éolien… Mais aussi lorsqu’elles sont utilisées dans les sports et les loisirs.

Ces fibres de carbone appartiennent à la famille plus large des matériaux composites qui, constitués de fibres imprégnées de résines, sont de plus en plus utilisés dans de nombreux secteurs d’activités, notamment dans la construction aéronautique, nautique, automobile, ferroviaire…

Polymérisation à haute température, dégagement de vapeurs nocives : la découpe et l’usinage de ces matériaux composites présentent d’importants risques chimiques.

Ajoutons ici les nanoparticules-objets-manufacturés (NOM) qui envahissent tous les secteurs d’activités professionnelles et qui feront de plus en plus parler d’elles dans les années qui viennent, quand les effets sur la santé seront mieux établis.

Sans parler des OGM, tant instrumentalisés dans les thématiques malthusiennes sur la surpopulation mondiale et la nécessité supposée de développer l’agro-industrie.

Et les dangers inconnus ?

Enfin, la catégorie la plus importante parmi les produits toxiques reste celle des produits, substances et rayonnements dont les effets nous sont encore inconnus — voire dissimulés.

Seul l’avenir le dira. Retenons en tout cas l’idée que les risques ne sont pas seulement chimiques, mais aussi électromagnétiques. Et que, de surcroît, ces deux aspects peuvent interférer, par exemple lorsque certaines matières toxiques parviennent à franchir la barrière sang-cerveau et entraîner de graves affections cérébrales.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents