Togo/DAGL: les populations appelées à réduire le taux de sable dans les déchets ménagers

Le sable occupe 35%  des déchets ménagers collectés par an dans le Grand Lomé. L’information a été donnée samedi lors d’une visite du Centre d’Enfouissement Technique (CET)  d’Aképé organisée par le District autonome du Grand Lomé (DAGL) en présence du ministre d’État, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de l’aménagement du territoire, Payadowa Boukpessi, des préfets du Golfe et dAgoè-Nyivé et des maires des 13 communes du Grand Lomé.

À travers cette visite, les populations sont appelées à éviter de remplir les  déchets ménagers de sable. De même, les maires ont pris conscience du défi et se sont engagés à bien faire le tri afin de minimiser le taux de sable avant l’acheminement des déchets vers le centre.

Le CET d’Aképé est opérationnel depuis janvier 2018. Il a été construit grâce à la volonté des autorités municipales de l’ancienne commune de Lomé de mettre en place une infrastructure structurante de la filière des déchets solides urbains, afin de poursuivre la modernisation du secteur, améliorer les conditions de vie des populations, lutter contre la dégradation de l’environnement, mais aussi de faire face à la saturation de la décharge d’Agoè-Nyivé. 

Vue partielle du sable mélangé à des déchets ménagers

Erigé sur une superficie de 194 hectares dont 80 hectares pour les installations et les restes constituant une bande de sécurité en cours de reboisement, le CET d’Aképé accueille en moyenne, plus de 20 milles de tonnes de déchets ménagers et assimilés par mois, et environ 250 milles par an.

La visite du jour qui a concerné la plateforme de contrôle des camions apporteurs des déchets et de pesage à l’aide des ponts-bascules, les alvéoles de stockage des déchets, la torchère et la station de traitement des lixiviats dudit centre permet aux élus locaux dont l’une des missions  premières est la gestion des déchets de leurs territoires respectifs de comprendre le mécanisme global de traitement des déchets solides urbains qui y sont convoyés.

« Le  CET d’Aképé est une installation de déchets non-dangereux. Il permet de donner un traitement respectueux des normes environnementales aux déchets ménagers et assimilables collectés dans le Grand Lomé. Nous l’avons dimensionné sur la base de l’accueil de 300 tonnes de déchets par an. Au début, nous avons recevons 250 000 tonnes jusqu’à l’année dernière où nous avons atteint les 300 000 tonnes », a indiqué Nabola-Bonou Enoumodji, chef projet du CET d’Aképé.

Les maires ont salué la démarche du DAGL et promis mieux s’organiser pour aider à bien gérer cette infrastructure.

« La collecte des déchets coûte plus de 2 milliards par an pour l’Etat. Et tout cet ensemblage 35% ne sont que du sable. Il  nous revient donc dès maintenant de nous organiser pour bien faire le tri des déchets afin de minimiser le taux de sable et récupérer cet argent que nous gaspillons », a laissé entendre Koffi Bollor, maire de la commune d’Agoè-Nyivé 2.

Le ministre d’État, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de l’aménagement du territoire a pour sa part félicité les entreprises qui font un travail impeccable sur le site.

« Ce que nous avons vu ce matin est tout simplement impressionnant. Les prévisions qui ont servi à dimensionner cette installation sont respectées. Techniquement, tout évolue bien. On avait dit que la première tranche finirait dans les 5 premières années. Nous sommes en train de voir qu’effectivement dans les années à venir ça va arriver à terme. Nous félicitons les entreprises à savoir Eiffage, Ger et Coved et le DAGL qui travaillent ensemble pour l’atteinte de ces résultats », a déclaré Payadowa Boukpessi.

Le CET d’Aképé est une référence dans la sous-région en matière de traitement des déchets et répond aux attentes des populations et des pouvoirs publics. Sa construction a coûté 13 milliards de FCFA financés par l’État togolais à travers un prêt de la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD) et de l’Union Européenne et une mobilisation de fonds propres de la ville de Lomé (Ex commune de Lomé).

Max D.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents