Terres menacées en Afrique : Sena Alouka appelle à lutter davantage contre la désertification

Après l’Inde en 2019, la Côte d’Ivoire abritera la 15e Conférence des parties à la convention des Nations unies (Cop 15) sur la lutte contre la désertification, du 9 au 20 mai 2022 à Abidjan. Sur

L’édition qui a pour thème : « Restauration des sols arides et des forêts dégradées pour une agriculture du futur » fait réagir plusieurs activistes sur le climat en Afrique.

 L’un d’entre eux M. Sena Alouka, le Directeur Exécutif des Jeunes Volontaires pour l’Environnement (JVE)  invité par nos confrères de TV5 Monde, ce samedi  a indiqué qu’il est urgent de mieux soutenir la lutte contre la dégradation des terres.

Selon le premier responsable des Jeunes Volontaires Environnement (JVE), l’état des sols en Afrique est  inquiétant et c’est 349 millions  d’hectares de terres en Afrique qui  sont menacées.

Sena ALOUKA propose qu’une loi d’orientation en matière agricole soit initiée au Togo

 Aussi affirme-t-il « Ces derniers temps,  on entend que parler du changement climatique  alors que pour le paysan la variable nécessaire c’est le sol c’est la terre. Avec la déforestation et le climat changeant, l’usage des engrais chimiques, la terre ne donne plus. »

Selon lui, la pratique de l’agro écologie par tous et pour tous est un impératif et la pierre angulaire d’une économie verte favorisant le développement durable et la lutte contre la pauvreté.

Il est urgent, a-t-il dit, de mettre en place une gestion des terres ne dégradant plus les sols et un mécanisme de restauration des terres dégradées.

Il a  également insisté sur l’importance de promouvoir à travers le monde les nombreuses connaissances locales  utilisées avec succès par les communautés en vue de lutter contre la dégradation des sols.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents