Accueil Actualité Togo : des projets agricoles au cœur du nouveau mandat de Faure...

Togo : des projets agricoles au cœur du nouveau mandat de Faure Gnassingbé

142
0

Déjà soumis à une profonde transformation structurelle au cours des dernières années, le secteur agricole fera l’objet d’une attention encore plus particulière durant le nouveau quinquennat du Chef de l’Etat, Faure E. Gnassingbé.

En effet si le Président de la République a déjà martelé à maintes reprises son intention de consolider les acquis du Togo au cours de ce nouveau mandat, il entend surtout accélérer la cadence au niveau de l’agriculture qui reste l’un des piliers de l’économie togolaise (plus de 40% du PIB et près de 65% de la population active). Ceci notamment à travers des investissements ciblés et des projets d’envergure.

Mifa

Dans un premier temps, des mesures seront prises pour l’accélération et l’extension du MIFA à de nouvelles filières porteuses. Car le Mécanisme qui se veut la clé d’une agriculture plus professionnelle et orientée business, en dépit des résultats concluants engrangés et sa transformation en Société Anonyme, ne se limite pour le moment qu’à certaines filières prioritaires comme le riz, le maïs, le maraîchage ou l’aviculture.

A cela s’ajoutera le renforcement de l’accès des acteurs agricoles au financement privé, à l’assurance maladie et à la protection sociale.

Modernisation et entrepreneuriat agricole

Des projets seront développés pour l’acquisition d’infrastructures, d’équipements et d’intrants agricoles. Dans ce sens, le gouvernement poursuivra de concert avec le secteur privé, le programme de construction et d’aménagement des terres d’irrigation en faveur des jeunes et des entreprises de mécanisation agricoles dans toutes les régions. La mécanisation et la mise en place des aménagements hydro-agricoles seront renforcés, tout comme la modernisation des techniques productives et transformatrices au profit des communautés.

Principaux acteurs de cette politique, les producteurs agricoles bénéficieront d’une réduction conséquente des coûts et des prix liés à l’acquisition et à l’utilisation des engrais à travers la production locale, et de l’exonération des taxes et des droits fiscaux sur les équipements et matériels agricoles, s’engage Faure Gnassingbé.

La promotion de l’entrepreneuriat agricole et de l’agro-bio sera intensifiée, avec la création annoncée de 2000 entreprises agricoles, qui viendront s’ajouter à celles déjà promues par les différents projets gouvernementaux.

Élevage et Pêche

Dans le secteur de la production animale et halieutique, le gouvernement poursuivra sa politique en soutenant la création et la construction de ranchs, d’abattoirs modernes dans les régions et la mise en place d’installations frigorifiques adaptées. L’État accompagnera par ailleurs l’installation d’une zone de pâturage par commune rurale avec une aire d’abattage, afin de maîtriser la transhumance et d’assurer le contrôle et la traçabilité de la production locale.

Comme décliné dans le Plan National de Développement, notamment dans son axe 2, la mise en œuvre de cette vision exigera non seulement un partenariat public-privé, mais aussi une forte implication de tous les acteurs, afin de faire de l’agriculture un secteur prioritaire porteur de croissance économique et de progrès social dans les années à venir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here